Après dix ans d'absence, la Formule 1 fera son retour en France en 2018. Une nouvelle confirmée par Christian Estrosi, Président de la Région Provence Alpes Côte d'Azur lundi, lors d'une conférence de presse. « Le Grand Prix de France de #Formule 1 va faire son retour en 2018, sur le circuit Paul-Ricard au Castellet. Je vous l’annonce fermement. C’est une grande ambition pour la France, au nom de la région Paca », a confirmé le Président de Région, qui a d'ailleurs fait part de sa joie de retrouver un Grand Prix qui ne s'était plus tenu au Castellet depuis 1990. Lors de cette conférence de presse qui était organisée au siège de l'Automobile Club de France (ACF), Christian Estrosi a également évalué le coût d'un tel événement : 30 millions d'euros par an, dont 14 millions venant des collectivités locales et 16 millions de recettes directes.

Publicité
Publicité

L'impact pour l'économie locale est lui évalué à 65 millions d'euros. Le circuit Paul-Ricard a d'ailleurs fait l'objet de « beaucoup d'efforts et d'investissements ces dernières années : 80 millions d'euros investis par ses actionnaires depuis 2002, dont 12 millions depuis cinq ans pour se mettre aux normes. C'est une infrastructure reconnue et appréciée », selon Christian Estrosi.

Un circuit mythique pour la F1

Dès 2018, et pour les cinq années qui suivent, les meilleurs pilotes de F1 se disputeront donc la victoire sur le circuit du Castellet. « C’est une grande nouvelle pour les fans français de #F1, et pour nous les pilotes français de disputer un Grand Prix de France », s'est d'ailleurs félicité Romain #Grosjean, pilote français de l'écurie Haas. En 2018, le franco-suisse ne sera sans doute pas le seul à découvrir son Grand Prix national, puisque Esteban Ocon dispose désormais d'un baquet chez Force India, et que Pierre Gasly, récent champion du monde de GP2, pourrait lui découvrir la Formule 1 lors de cette fameuse saison 2018.

Publicité

Il y a donc de très bonnes chances que le Castellet soit le théâtre d'exploits français dans les années à venir.