Au départ était un match de football de Ligue 1, entre Metz et l'Olympique lyonnais, samedi soir. Une belle soirée en famille. Du moins pour ceux qui osent encore... emmener leurs enfants dans un stade.

En matière de bêtises, les supporters n'auront jamais fini d'inventer. Ceux du football donnent même l'impression d'avoir une imagination sans fin. Alors que l'on avait appris quelques heures plus tôt que Ronaldo avait mis 150 millions d'euros à l'ombre, des voyous messins s'en prenaient délibérément au gardien de but de l'#OL, #Anthony Lopes, à coups de pétards. A se demander si ce sport est toujours une école de la vie, que l'on inculque aux jeunes grâce à des bénévoles dévoués malheureusement vite dépassés, lorsque l'argent est le seul à tourner rond. A croire que la boule de cuir de jadis n'est plus aujourd'hui, que le prétexte à de juteuses magouilles, et à des actes d'incivilité, ceux que l'on retrouve dans la vie quotidienne.

Publicité
Publicité

La connerie est telle que la violence a débuté alors que les Messins venaient d'ouvrir le score. Gauthier Hein pouvait laisser éclater sa joie. Lui, avait fait le boulot. On aurait presque pardonné aux supporters locaux de lancer quelques fusées. Si on ne pardonne pas quelques excès de joie il n'y aura plus de matches. Mais que penser d'abrutis visant directement un joueur, le plus seul au monde après un but encaissé. Seul dans sa tête. Et donc seul dans sa chair. C'était la trentième minute. Les supporters, les vrais, les plus nombreux avaient payé pour 90 minutes de jeu. Deux pétards ont explosé à proximité immédiate de Anthony Lopes. Blessé, et sans doute choqué, par ce déferlement de violence le joueur, originaire de #Givors dans le Rhône, comme Sylvain Marconnet, Pascal Papé... , était transporté à l'hôpital pour des examens de contrôle.

Publicité

Le soigneur s'était bien entendu précipité vers lui mais le diagnostic ne pouvait être posé. L'arbitre du match, Lionel Jaffredo arrêtait le match 45 minutes plus tard, le délai règlementaire pour qu'un match puisse reprendre. On imagine déjà les futures polémiques. L'arbitre sera visé pour avoir honteusement mis fin à la rencontre et, pourquoi pas, des supporters estimeront que Lopes a fait du cinéma. Honteux... Jean-Michel Aulas, le président lyonnais, parlait au mieux d'acouphènes sérieux et, au pire, d'un tympan touché.

Antony Lopes blessé à quatre jours de la Ligue des champions

Le médecin de l'Ol a lui aussi été touché. RMC parlait, dans la soirée d'un double blast et des deux tympans touchés pour le gardien. Les nouvelles de la jambe du médecin étaient, par contre, très rassurantes. Jean-Michel Aulas, qui n'en restera certainement pas là, expliquait qu'il y avait des choses qu'on ne pensait pas voir sur un terrain. Sur un plan sportif il s'agit bien sûr d'un bien mauvais coup. Trois jours avant un match de Ligue des Champions: "On a porté atteinte à l'intégrité d'un joueur, qui est un joueur majeur. Qu'un joueur comme Anthony, qui est champion d'Europe, soit blessé sérieusement au cours d'un match, c'est du jamais vu. Il faut que la Ligue et la Fédération réagissent fort", lançait Aulas.

Publicité

A Metz, on évoque 50 à 100 jets de pétards par saison !

Bernard Serin, le président du FC Metz, bien qu'évoquant "un incident grave", tentait de minimiser: "Des incidents comme celui-là, il s'en produit 50 ou 100 chaque saison, parce que des jets de pétards, ça existe. Malheureusement, ici il y a un blessé, peut-être deux blessés..." . Et oui, des débuts de circonstance atténuante pour ces gamins! Seule bonne nouvelle, les auteurs des faits ont été identifiés. Parions qu'ils encourent... un rappel à la loi !