Docteur Jekyll et Mister Hyde. Mauro Icardi fait partie de cette race de champion aussi brillant qu’imprévisible. En 2011, l’Argentin signe à la Sampdoria Gênes en Serie B, il n’est alors âgé que de 18 ans. On lui promet un grand avenir, mais une carrière de footballeur est semée d’embûches et de tentations. Il se révèle lors de sa seconde saison dans l’élite italienne où il plante 10 buts en 31 matchs, pas mal pour un gamin. Repéré par les plus grands clubs de la botte, les dirigeants de l’Inter Milan mettent le paquet pour l’enrôler. À tout juste 20 ans, il débarque dans une des entités les plus importantes de la sphère #Football. Le choix s’avère vite payant.

Publicité
Publicité

Malgré des blessures qui l’handicaperont une partie de la saison, le buteur marque 9 buts en 22 matchs, pas mal pour un garçon agité. Il confirme les promesses faites en lui et incarne l’avenir du club nerrazzuri.

Seulement avec Icardi, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Sa vie extra-sportive est relayée par la presse italienne qui flaire la bonne affaire. Il entretient une relation avec l’ex femme de Maxi Lopez. Une rivalité nait entre les deux joueurs et la presse en fait ses choux gras. Le natif de Rosario ira même se faire tatouer le visage et les noms des enfants de Maxi Lopez sur le bras. Provocateur invétéré, il affine ses punchlines grâce aux réseaux sociaux qu’il utilise allègrement. Le club milanais ira jusqu’à lui infliger un rappel à l’ordre pour faire baisser la température autour de son cas.

Publicité

Icardi s'éclate en Italie

Icardi est attendu sur le terrain et il le sait. Sa deuxième saison avec l’Inter va prendre un nouveau virage. Quand on élève quatre enfants, on murit plus vite, les responsabilités décuplées. Il se fait plus discret en dehors des pelouses tandis que sur le rectangle vert, il crève l’écran et se révèle comme une terreur des surfaces. Mario Balotelli lui n’a pas compris ça. L’Argentin a cessé les futilités et les caprices pour se concentrer sur l’essentiel, sa carrière. Durant la saison 2015/2016, il plante 16 buts en 33 matchs de championnat, il assure et a d’autant plus de mérite qu’il joue dans une équipe qui est engluée en milieu de tableau, affichant de nombreuses carences, en défense et au milieu de terrain notamment. Il n’est pas le dernier chaînon d’un onze parfaitement huilé comme le Barça. Mais il a cette capacité a transformé tout ce qu’il touche en or. Ses statistiques parlent pour lui. Il cadre plus de la moitié de ses frappes. Il ne ressemble pas à l’attaquant moderne type.

Publicité

Non lui, c’est un joueur de surface, plus Inzaghi que Agüero. Une fois dans la surface, il entre dans son jardin. Pied droit, pied gauche, la tête, il a la capacité de faire mal avec n’importe quelle partie de son corps, une rareté actuellement.

Mais Mancini, De Boer puis Stefano Pioli veulent que leur diamant brut soit poli, voilà pourquoi ils insistent avec l’Argentin pour le faire participer de manière plus active aux offensives de son équipe et l’impliquer davantage dans le jeu hors de la surface. Mauro Icardi peut-il perdurer dans le milieu du football sans se bruler les ailes ? Il semble en tout cas s’être assagit depuis plusieurs mois. À l’instar du vin, plus il prend de l’âge et meilleur sont ses statistiques. Le début de saison parle pour lui. Il a inscrit 14 buts en 22 matchs toutes compétitions confondues. De grands noms sont passés par l’Inter Milan : Ronaldo, Milito ou encore Eto’o pour ne citer qu’eux. S’il veut devenir l’un des meilleurs buteurs d’Europe, son salut passera par le travail et le professionnalisme. Le talent, lui, est déjà bien là.

#Sport #Serie A