C'est l'affiche de cette fin de première partie de saison. Qui aurait pu croire cet été que l'OGC Nice se déplacerait ce soir à Paris avec l'intention ferme et affichée de mettre le club de la capitale à 7 points derrière. Au-delà du classement, c'est le contexte qui rend cette rencontre encore plus importante pour le #PSG, dans son ensemble...

Ben Arfa, symbole de l'échec parisien

Comment ne pas citer Hatem Ben Arfa quand on évoque le match de ce soir. Auteur d'une magnifique saison l'année dernière avec les Aiglons, l'éternel espoir du foot français se retrouve aujourd'hui dans un cadre bien différent. Choyé et protégé par Puel, il est secoué, voire constamment contesté par Emery depuis son arrivée à Paris.

Publicité
Publicité

Pour un joueur qui ne peut s'exprimer que dans un climat de confiance, il n'est logiquement que l'ombre de lui-même, ne bénéficiant pas d'un temps de jeu favorable à son rayonnement. Même si la situation s'est légèrement améliorée ces derniers temps, ce manque de "clarté" le concernant se ressent.

Emery sous pression

La gestion du cas Ben Arfa illustre avant tout les difficultés de son entraîneur à trouver la bonne formule. Même si les responsabilités sont partagées au sein du club concernant l'échec du recrutement, Emery se retrouve inévitablement sous le feu des critiques. Battu 3-0 à Montpellier puis tenu en échec à domicile par Ludogorets en Ligue des champions, l'Espagnol s'est lui-même déclaré "inquiet". Certains des joueurs cadres sont méconnaissables, et ses choix techniques et tactiques interpellent.

Publicité

Une défiance généralisée qui a pris de l'ampleur cette semaine.

Désormais à la tête du PSG depuis cinq mois, Emery sait que la patience de ses dirigeants a des limites. Les supérieurs de Nasser Al Khelaifi n'apprécient pas forcément la situation, mais sont d'un autre côté bien obligés d'assumer leur choix pour ne pas perdre la face. Licencier l'Espagnol serait un terrible constat d'échec pour QSI, qui s'est déjà séparé de Laurent Blanc cinq mois après l'avoir prolongé au mois de juin.

Voilà pourquoi Emery "pourrait" encore, en cas de défaite ce soir, bénéficier d'un peu de temps pour faire évoluer la situation du club, notamment grâce au futur mercato hivernal. Malgré tout, une nouvelle humiliation ferait entrer le PSG dans une crise officielle, qui "pourrait" engendrer de nombreux rebondissements en interne, surtout au vu du climat actuel...

Mais n'oublions pas que nous parlons du quadruple champion de France en titre. Cette équipe, composée d'une bonne quinzaine d'internationaux, est capable de se réveiller à tout instant. Malgré cette mauvaise passe, Paris reste le favori des pronostics... #Football #Ligue 1