Un homme aux multiples facettes. Voilà une expression qui colle parfaitement à Mohamed Dridi. Le franco-tunisien aura eu une vie incroyable et un destin hors du commun.

C'est d'abord l'histoire d'un enfant vendu à son oncle et livré à lui-même dès le plus jeune âge. Né en 1968 à Tunis, Mohamed arrive en France petit, recueilli par son oncle qui avait juré au père Dridi, mourant, de le prendre sous sont aile. Monnayer par sa mère, il apprend toute cette histoire à l'âge de 11 ans. À partir de ce jour, il va grandir en collectionnant les fugues et les petits délits, devenant au fil du temps un "caïd des bacs à sable".

Après quelques cambriolages et petits trafics, le jeune homme de 17 ans fait un petit passage chez les paras.

Publicité
Publicité

En rentrant, il commence à fréquenter "la voyoucratie" comme il dit. Proche des milieux Corses, il se spécialise ensuite dans le racket des patrons de bar et gérants de boîte de nuit, en "indépendant". C'est à cette époque qu'il gagne son surnom de "Momo le turbulent", en référence à ses capacités de boxeur et ses péripéties dans le monde de la nuit. Il est même soupçonné de meurtre pendant quelque temps...

Après quelques passages en prison, Mohamed Dridi devient papa d'un petit Sofiane. C'est grâce à lui que le caïd va décider de se "ranger", en se consacrant aux sports de combat. Il deviendra quadruple champion du monde de kick-boxing à la fin des années 1990, avec s'il vous plaît 77 victoires en autant de combat (76 KO).

De l'ombre à la lumière

En 2004, il publie son autobiographie et commence à faire plusieurs apparitions en tant qu'acteur dans des téléfilms. Le retraité des rings est donc, comme il le dit lui-même, passé "de la voyoucratie à la jet-set grâce à la Boxe".

Publicité

Malgré toutes ces belles perspectives d'avenir, Mohamed Dridi va à nouveau se retrouver confronté à la justice.

Entre 2010 et 2015, l'ancien boxeur est accusé d'extorsion de fonds. Il est soupçonné d'avoir profité de la crédulité de son ex-compagne, rencontrée sur internet, qui lui aurait versé en moins d'un an près de 70 000 euros. À l'époque, il suit son fils à Boulogne-sur-mer, où le jeune Sofiane fait ses gammes de footballeur. En 2015, lors de son procès, Dridi est cependant introuvable. Il est relaxé par le tribunal correctionnel de Dunkerque concernant cette affaire.

Lundi matin, vers 8h30, Sofiane Dridi part faire son footing dans la région de Palavas-les-Flots, laissant son père seul dans l'appartement. Quand il rentre une heure plus tard, il le retrouve gisant dans une mare de sang. Selon les premiers éléments de l'enquête, Mohamed aurait été abattu en ouvrant la porte à un visiteur qui se présentait. L'assassin devait probablement connaître les habitudes du père et du fils.

Publicité

Les enquêteurs vont devoir faire la lumière sur cette affaire. Dridi connaissait-il l'assassin ? Avait-il conservé des liens avec le milieu de grand banditisme ? Est-ce un règlement de comptes ? Y a-t-il un rapport avec l'affaire d'extorsion de fonds ? De nombreuses zones d'ombre planent sur cette fin tragique pour l'ancien boxeur de 48 ans, qui meurt donc sous les balles.

Lui, qui aimait faire l'acteur, aura certainement tenu son plus grand rôle dans la réalité.

A revoir dans "Sport & Faits divers : la disparition de Pierre Bianconi, footballeur Corse" et "Sport & Faits divers : Yann Lorence, lynché par ses pairs" #Sport #Fait divers