Triste coup du sort et du destin pour un marin d'exception. Né le 1er octobre 1948 à Auckland (Nouvelle-Zélande), Peter Blake va vite devenir un navigateur redoutable, au palmarès équivoque. De 1974 à 1999, il va enchaîner les succès, avec notamment plusieurs victoires sur "l'Océan Race" et un record sur "le trophée Jules Verne" en 1994 (74 jours, 22 heures et 17 minutes). Mais le skipper va surtout se faire un nom grâce à ses deux victoires sur la mythique "Coupe de l'America", qu'il remporte en tant que capitaine d'équipe en 1995 et 1999. Il devient un héros national.

Le 6 décembre 2001, Peter Blake à 53 ans et est père de deux enfants.

Publicité
Publicité

Fraîchement retraité, il se consacre depuis plusieurs mois à des études environnementales. Depuis novembre 2000, il participe à une expédition avec six membres d'équipage à bord du "Seamester", un immense voilier de 36 mètres de long. Ce jour-là, les explorateurs sont amarrés à 22 kilomètres des côtes brésiliennes, sur le fleuve de l'Amazone.

Les pirates, nouveau fléau au Brésil

À 10 heures du matin, un bateau pneumatique se rapproche discrètement. À bord de l'embarcation, une dizaine d'hommes armés et cagoulés. Très vite, ils s'invitent sur le navire tout en ouvrant le feu. Peter Blake est le premier à se dresser contre les assaillants. Il est touché par le premier tir et meurt sur le coup. Deux autres membres de l'expédition seront blessés lors de l'assaut, mais s'en sortiront.

Voilà comment un skipper, qui aurait pu être plusieurs fois emporté pendant sa longue carrière par les océans déchaînés, tombe finalement sous les balles de ces pirates de l'Amazone, qui s'empareront d'un butin composé d'un moteur hors-bord, 1500 reals (environ 700 euros), des montres appartenant à l'équipage et un fusil.

Publicité

Ils seront arrêtés seulement 36 heures après les faits.

L'enquête révèlera que 5 des 7 membres du commando étaient connu des services de police pour trafic de drogue et cambriolage. Ils souhaitaient se "spécialiser" dans ce genre d'attaque, et ont déclaré ne pas connaître l'identité des occupants du "Seamester", ce 6 décembre 2001.

Malgré la médiatisation de l'affaire, on apprendra plus tard que 4 des 8 interpellés ont été libérés sous caution peu de temps après le drame, symbole d'un pays frappé par la corruption. Les autres ont écopé de peines allant jusqu'à 32 ans de prison.

De nombreuses attaques similaires seront ensuite recensées le long des côtes brésiliennes, ou près d'un tiers de la population vit encore dans la misère.

À revoir dans "Sports & Faits divers : Mohamed Dridi" et Sports & Faits divers : Yann Lorence, lynché par ses pairs" #Sport #Fait divers