Touché au genou dans un choc en fin de première période, Karim #Benzema s'est donné quelques frayeurs cet après-midi face à l'Athletic #Bilbao, à San Mames, où son #Real Madrid s'est imposé (1-2). Lui, que Didier Deschamps ne convoque toujours pas en équipe de France aurait peut-être très mal vécu la chose. Son champion du Monde d'entraîneur, Zinedine Zidane aussi. Fort heureusement pour le technicien madrilène, son n° 9 est un roc ! Quoi qu'il en soit, l'ancien Lyonnais avait déjà su se mettre en évidence. Au terme d'une action rondement menée par Casemiro et Cristiano Ronaldo, l'ancien Lyonnais ouvrait le score du droit pour inscrire son 119e but avec le Real.

Publicité
Publicité

Le huitième cette saison, en Liga. Le huitième aussi face à Bilbao, sa proie préférée.

Plus réaliste, le Real a le dernier mot

Les coéquipiers d'Aymeric Laporte ont pourtant tout fait pour couper les munitions de leur bête noire, à l'image du "vieux" Aduriz (36 ans), qui s'est montré très actif en première période. Ses excès ont failli lui coûter sa place sur le terrain, mais personne n'oubliera que c'est lui qui a allumé la mèche en premier. A la 7e minute, Raul Garcia tergiverse sur un très bon centre de l'ancien de Valence. L'opportunité de claquer une volée au fond des filets de Navas était trop belle ! L'Espagnol croit se rattraper en trouvant Yeray dans la surface madrilène. Mais ce dernier avale ce qu'il reste de la feuille de match. Heureusement, Aduriz passe par-là.

Publicité

Après une première période tout feu tout flamme, durant laquelle il aurait peut-être mérité d'être exclu, l'attaquant aux 220 buts en Liga égalise sur une remise de... Raul Garcia enfin décisif ! C'est un peu la réponse du berger à la bergère, mais les joueurs de Bilbao n'auront pas vraiment le temps de s'en gargariser. Plus discret qu'à l'accoutumée, Cristiano Ronaldo va néanmoins faire basculer la partie. Comme s'il ne pouvait pas s'en passer. Comme un prédateur qui surgit du fourré, le Portugais dévie un corner au premier poteau au nez et à la barbe de Raul Garcia et sert Casemiro qui achève les derniers espoirs basques. Le Real a éteint les flammes de l'enfer de San Mames et peut continuer de rouler sa bosse en tête de la Liga.