Non, ce n'est pas une blague ! Dans un entretien accordé au JDD, le milieu anglais Joey #Barton a clairement proposé ses services à l'Olympique de Marseille dont il reste un fidèle observateur après son passage éclair en 2012-2013 (25 matchs, 6 cartons jaunes, 1 rouge). Il est même prêt à s'investir bénévolement. "(Je propose de) passer quelques années à la formation afin d'apprendre aux jeunes ce qu'il faut pour réussir en Angleterre. Gratuitement. Je crois devoir quelque chose à l'#OM. Même quand je suis parti, j'avais l'impression que mon histoire avec ce club n'était pas finie", déclare Barton. Les avances de l'Anglais sont loin d'être innocentes.

Publicité
Publicité

Le club phocéen a pour ambition de redevenir un club qui compte sur le champ médiatique européen. Pour ce faire, il doit repenser sa politique de formation. Pour mener à bien son projet "OM Champions Project", l'actionnaire Franck Mc Court devra donc s'attaquer en priorité à ce chantier.

Barton raille la mentalité des joueurs français

En 2015-2016, l'Olympique de Marseille pointait à la 22e place des centres de formation agréés. Une tâche d'encre indélébile sur la copie d'un club qui se veut compétitif à l'échelon européen. Pour Joey Barton, il faut prendre le problème à la source en corrigeant la mentalité des joueurs français, dont il se moque. "Pour eux, ce n'est pas compatible avec le talent : si t'es doué, pas besoin de bosser. Si tu travailles dur, c'est que t'as pas de talent. Ils se convainquent même qu'ils ont plus de talent en travaillant moins ! Bizarre, non ?", s'interroge l'ancien warrior du Vélodrome dans les colonnes du JDD.

Publicité

Et d'ajouter : "A l'OM, j'ai cru qu'ils avaient pigé quand je les ai vus aller bosser en salle de muscu. Mais non, c'était pour être beau avant d'aller à Ibiza en juin !" Triste constat.

Avec Barton, Zubizarreta trouve un écho à l'OM

A quelques jours de la sortie de sa biographie, Joey Barton a voulu frapper fort. Dimitri Payet (que l'on "ne voyait jamais dans les affiches") et Mathieu Valbuena ("il avait un peu pris la grosse tête, il fallait la lui dégonfler") en ont également pris pour leur grade. De quoi donner un peu plus de poids à son discours sur les problèmes autour de la formation des jeunes. Cela dit, l'Anglais n'est pas le premier à tirer la sonnette d'alarme à ce sujet. Peu de temps après son arrivée à la direction sportive de l'OM, Andoni Zubizarreta avait déjà mesuré le poids de sa charge, au point qu'il est paru déconcerté au moment d'aborder le sujet dans "L'Equipe" en février. "Au niveau interne, notre centre de formation n'a pas de stade où il peut jouer, un ou plusieurs terrains pour les catégories inférieures", déplorait l'ancien du Barça, avant d'ajouter : "Entre la formation et le club, entre la formation et l'équipe première, entre l'équipe première et le club, entre le secteur de recrutement et la formation... Il y a beaucoup de pièces qui, parfois, ne sont pas bien connectées." Qu'on se le dise, l'Olympique de Marseille est encore un apprenti du haut niveau.

Publicité

Et l'arrivée de Barton ne peut s'avérer qu'un plus, au fond. #Zubizarreta