Le huitième de finale de l'#Europa League entre les Grecs et les Turcs a tenu ses promesses. Dans un stade plein déjà deux heures avant le coup d'envoi, les deux équipes n'ont pas réussi à se départager laissant tout le suspens pour le match retour à Istamboul. C'est #Olympiakos qui a bien débuté la rencontre. Poussés par un public en feu, les Grecs ont commencé la rencontre avec un pressing très haut qui a causé des pertes de balles pour les Turcs. Et sur une de ces pertes de balles que l'Olympiakos a ouvert la marque après un centre millimétré de Karim Ansarifard et une reprise puissante de la tête par le vétéran Cambiasso (1-0,36e). Au retour des vestiaires, Beşiktaş conservait mieux le ballon et développait enfin son jeu de passe.

Publicité
Publicité

Mais le but égalisateur et venue après une grosse erreur du gardien italien Leali. En effet, en voulant dégager le cuir, il a transmis directement le ballon dans les pieds de l'attaquant Camerounais Aboubakar qui n'a pas manqué l'occasion de marquer le but (1-1,53e). Malgré les occasions pour les deux équipes, il n'y aura pas d'autres buts inscrits dans la rencontre. Un match retour très explosif dans le nouveau stade de Beşiktaş attend les spectateurs.

Le changement d'entraîneur n'a pas fait l'effet voulu du côté Grec

Malgré la première place au championnat grec, l'Olympiakos a remercié son coach portugais Paulo Bento après trois matchs consécutifs sans victoire. C'était une décision risquée prise par la direction juste avant la rencontre contre Beşiktaş. Ce changement devait secouer l'équipe mais le résultat était de nouveau médiocre.

Publicité

En effet, ce nul rend le déplacement en Turquie très difficile surtout lorsqu'on sait que Beşiktaş a perdu une seule rencontre depuis deux saisons sur son terrain toutes compétitions confondues.

Quaresma veut aller jusqu'en finale

Le Portugais de Beşiktaş, Quaresma, était ambitieux après la rencontre et qu'une finale n'était pas un objectif surréaliste pour lui et son équipe. “Nous avons pris un bon résultat ce soir car il n'est jamais évident de venir jouer ici à Athènes. Nous voulons passer ce tour et pourquoi ne pas aller jusqu'en finale. Nous avons une très bonne équipe et des joueurs d'expérience comme Babel ou Inler. Si la chance du tirage au sort est avec nous, je pense qu'une finale n'est pas un rêve pour nous”. L'entraîneur Şenol Güneş quant à lui était beaucoup plus prudent que son joueur. “Un nul à l'extérieur est toujours un bon résultat à prendre en coupe d'Europe. Mais évidemment ce n'est pas fini surtout quand vous jouez contre une équipe comme l'Olympiakos qui a l'expérience de jouer à ce niveau chaque saison. Il est encore trop tôt pour parler de finale. On avance match après match”. #Besiktas