On avait fini par s'habituer à faire sans lui. Le plus grand blessé de l'histoire du #Football français, Abou Diaby, a annoncé hier son retour imminent à l'entraînement. "Je reviens à l'entraînement lundi ! Hamdulillah !", s'est exclamé le milieu de terrain de l'Olympique de Marseille, sur Twitter. Selon nos confrères de BFM TV, l'ancien Gunner était à Londres ces derniers mois pour subir une greffe du tendon et une stabilisation ligamentaire à la cheville. Gêné par cette cheville, il n'a joué que deux matches de Ligue 1 cette saison. L'infirmerie et #Diaby, c'est une longue histoire d'amour. L'ancien international (16 sélections, 1 but) a été blessé 42 fois durant son bail londonien, entre 2006 et 2015 ! Il y a sans doute de quoi se poser des questions sur l'hygiène de vie et les aptitudes physiques du joueur, considéré comme l'homme de verre du foot français.

Publicité
Publicité

Mais quand on lui parle de Diaby, Arsène Wenger préfère rester dans l'émotion. "C'est l'un des moments les plus tristes pour nous à Arsenal de ne pas avoir eu l'occasion de tirer le meilleur parti d'Abou Diaby pour cause de blessures", regrettait le manager des Gunners en 2015, une fois le départ de l'ex-Auxerrois acté. Longtemps présenté comme le nouveau Patrick Vieira, Diaby n'aura donc pas eu la chance de son aîné.

Et maintenant, quel rôle à l'OM pour Diaby ?

Mais le n° 5 de l'#OM aura peut-être les moyens d'exprimer toute sa volonté sous les ordres de Rudi Garcia, d'ici à la fin de la saison. Or, le temps presse et il devra réapprendre à enchaîner les entraînements et les matches s'il veut espérer concurrencer William Vainqueur, actuel taulier de l'entrejeu phocéen.

Publicité

Sans doute enthousiaste à l'idée de le voir jouer, Rudi Garcia avait exprimé un peu de hâte à la trêve : "Abou Diaby reviendra mi-janvier". Or, on est mi-mars et Diaby n'a toujours pas rejoué en Ligue 1. "Il faudra voir quand il pourra être apte. Mais cela va prendre du temps", prévient Rudi Garcia. Tout le peuple marseillais attend le natif d'Aubervilliers de pied ferme. Et espère qu'il enchaînera davantage les percées au milieu de terrain et les passes décisives, cette fois.