À la veille des incidents honteux du match de #Ligue 1 entre Bastia et l’Olympique Lyonnais comptant pour la 33e journée, le monde du #Football se pose des questions pour savoir qu’est-ce qui a été à l’origine de ces échauffourées. Après les incidents du jeudi passé entre les supporters lyonnais et les Turcs de Besiktas, les Lyonnais avaient cru avoir vécu le pire. Mais c’est ce dimanche à Bastia que les Lyonnais vécurent le pire match de leur saison avant et à la mi-temps. Après quelques instants d’agitation, de bagarres et d’offenses, les Lyonnais ont été obligés de regagner les vestiaires avant que les supporters ne retournent sur les tribunes.

Publicité
Publicité

Néanmoins, le compte Twitter de la chaîne officielle de l’Olympique lyonnais avait indiqué que le match allait être joué, mais qu'il serait suspendu au prochain incident. Pendant que les joueurs regagnaient leurs vestiaires, un accrochage entre Anthony Lopez le portier lyonnais et Anthony Agostini le secrétaire général de Bastia a eu lieu. Cette nouvelle altercation a vite dégénéré et a duré presque une minute, nous permettant de voir dans les images un stadier agresser des joueurs lyonnais.

Interruption du match Bastia - OL : Une enquête a été ouverte

Pierrick, présent dans le virage, commente la scène : « Tout est parti d’une frappe pendant l’échauffement qui a heurté un enfant dans les gradins. Un membre des ultras présent sur la pelouse a interpellé les joueurs lyonnais, entraînant une échauffourée. C’est vite devenu incontrôlable avec des mecs qui ont sauté sur la pelouse en quelques secondes. ».

Publicité

À la suite des échauffourées survenues à la fin de la première période, la LFP a pris la décision ferme de suspendre le match. Une enquête a été ouverte en flagrance pour violences sur les faits. D’ailleurs le procureur de la République Nicolas Bessone était présent au stade. Cette enquête a été remise à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP). Et c’est à 21h00 que les Lyonnais ont pu partir grâce a l’intervention des gardes mobiles en raison de la présence de supporters bastiais aux abords du stade. Mais les hommes de Jean Michel Aulas ont pu décoller en avion privé vers 22h00. "Trop, c'est trop", Nathalie Boy de la Tour, la présidente de la Ligue de football professionnel LFP a réagi suite à ces incidents, en déplorant que le club de Bastia donne une image horrible du football français qui nuit gravement à la Ligue 1. Ces incidents ont été qualifiés de tous les noms par les médias européens, "Le dimanche de la honte" selon L’Equipe, "carton rouge pour les supporteurs corses" d’après Le Parisien et "semaine noire" pour le football déclare Le Figaro, scandalisé. #OL