Le Paris Saint-Germain mythique club de foot crée le 12 aout 1970 est racheté à hauteur de 70% par un fonds d'investissements qataris le 30 juin 2011. Durant ce rachat bon nombre de recrutements voient le jour comme avec Javier Pastore qui signe pour la jolie somme de 43 millions d'euros, Thiago Silva et #Zlatan Ibrahimovic pour respectivement 42 et 21 millions. Le nouveau président du club Nasser Al-Khelaifi jongle avec plusieurs objectifs : poursuivre le recrutement de joueur avec un portefeuille sur l'année 2011 de cent millions d'euros, remporter les coupes nationales, la ligue des champions ainsi que le championnat de France et redresser les finances du club parisien.L'objectif sur le long terme ? S'imposer comme LE club européen !

C'est grâce à la nomination d'un nouvel entraineur et d'une nouvelle direction que le #PSG qui se trouvait en déficit depuis la saison 1997-1998 ce sur celle de 2014-2015, enregistrer un bénéfice de 10.6 millions d'euros.

Publicité
Publicité

Mais aujourd'hui le club se retrouve dans une position délicate. En effet le Moyen Orient rejette le Qatar en l'accusant de soutenir le terrorisme et souhaite une asphyxie économique par le biais de cette brimade.

Possibles répercussions

Cette confrontation pourrait donc avoir de sérieuses conséquences sur le PSG car le Qatar et Emirates (principal sponsor du club) sont liés par contrat jusqu'en 2019. Au sein du PSG l'on dément toutes possibilités de conséquences sur le court terme. Avec un contrat de sponsoring de plus de 25 millions par an, les finances s'en trouveraient fortement mise à mal. Nabil Ennasri directeur de l'observatoire du Qatar, vient de finir une thèse sur la politique étrangère du Qatar et prévient quand même, du possible et logique retrait de la compagnie avant la fin du contrat.

Publicité

L'investissement du Qatar pourrait aussi se trouver dans une délicate situation. Nabil Ennasri affirme que "La crise n'aura pas de conséquences sur les investissements du Qatar au PSG. C'est un domaine stratégique".Sans de tels investissements les objectifs de court et long terme paraissent impossibles à tenir et replongerait le club dans la faillite.

Mais enfin quand l'on voit la population qatarie dévaliser les supermarchés par peur de la fermeture des frontières et de l'inflation du prix des denrées alimentaires, l'on peut douter de l'appui financier du Qatar pour le PSG dans les mois à venir...