Le premier match officiel pour un club français avait lieu ce mardi soir, du côté de l'Allianz Riviera, à Nice. Dans un stade à guichets fermés, et dans une ambiance de folie, l'#OGC Nice, troisième de la dernière saison de Ligue 1, affrontait l'#ajax amsterdam, pour le compte du troisième tour de qualification de la #Ligue des champions.

Après avoir fait une préparation presque sans accrocs (uniquement une défaite 4-1 face au Slavia Prague), les hommes de Lucien Favre affrontaient le tombeur de l'Olympique Lyonnais lors de la demi-finale de la dernière édition de l'Europa League. Dans un système en 4-2-3-1, les Niçois ont été rapidement dominés par les néerlandais.

Publicité
Publicité

Pourtant, après 20 minutes, les débats entre les deux équipes s'équilibraient, grâce notamment à un Jean Michaël Seri et un Bassem Srarfi des grands jours. Mario Balotelli, qui a prolongé de deux ans son contrat à Nice pendant l'été, s'est aussi rapidement mis en évidence, avec une frappe dès la vingtième minute. Mais c'est dix minutes plus tard que Super Mario va enchanter l'Allianz Riviera. Après une superbe récupération de Séri, ce dernier envoie un centre parfait dans les pieds de l'italien, qui n'a plus qu'à pousser le ballon au fond des filets d'Onana, le portier ajaccide.

À la 32ème minute, Nice mène 1-0, et va continuer de dominer son adversaire jusqu'à la mi-temps.

Publicité

Au micro de Canal +, la recrue rouge et noire Pierre Lees-Melou semble confiante, et n'oublie pas de "profiter de la teneur d'un match de Ligue des Champions".

Une deuxième période moins satisfaisante

Quelques minutes après le début de la seconde mi-temps, les Aiglons vont pourtant voir les hommes de Marcel Keizer revenir au score. Après une erreur de Cardinale dans sa surface, le ballon revient dans les pieds de van de Beek qui ne va pas se priver de ramener les siens à égalité (1-1, 49è).

Partant de là, les Niçois vont devoir subir pendant presque 45 minutes. Les visiteurs posent le pied sur le ballon, et forcent l'OGC Nice à procéder par contre. Les coéquipiers de Vincent Koziello sont dépassés, et subissent le pressing de l'Ajax, qui offrira de nombreuses occasions aux vices-champions d'Europa Ligue en titre. À un peu plus d'un quart d'heure de la fin, le jeune défenseur central colombien Davinson Sánchez (notamment convoité par l'OM) place une puissante tête sur la barre de Cardinale.

Publicité

Le match est particulièrement haché (4 cartons jaunes pour l'Ajax, 2 pour Nice), mais l'OGC Nice va relever la tête presque au dernier moment. Une fois entré dans le temps additionnel, Marcel puis Pléa, les deux fraichement entrés en jeu, vont voir leurs tentatives passer de peu à côté.

Dommage pour les Niçois, un score de 2 buts à 1 n'aurait pas été un luxe avant le match retour à l'Amsterdam ArenA, mercredi prochain. Face à un adversaire qui a montré l'étendue de son talent et de sa force physique en seconde période notamment, le match reste toutefois satisfaisant pour les locaux, qui ont montré un certain état de fraicheur. Les deux pivots Séri et Koziello ont beaucoup apporté au jeu niçois, même s'ils se sont un peu moins montrés en seconde période, à l'image de tous leurs coéquipiers. Mais le match retour devrait donc être une autre histoire, puisque les hommes du "coach Favre" devront marquer et faire jeu égal avec les joueurs de l'Ajax, devant un public qui devrait à son tour être survolté. Bref, tout reste à faire, et rien n'est perdu pour les rouges et noirs.