Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas sur le Tour, surtout quand on est sprinter ! Marcel Kittel l'a prouvé en remportant la 6e étape entre Vesoul et Troyes sous une chaleur étouffante, lui qui avait chuté deux jours plus tôt à Vittel.

Au lendemain de la première arrivée au sommet dans les Vosges qui a vu Chris Froome s'emparer du maillot jaune et Fabio Aru montrer ses prétentions, la route du #Tour de France 2017 a repris plus ou moins les affaires courantes ce Jeudi lors d'une 6e étape globalement plate, et tout au moins sans difficulté majeure sur des routes plates de Haute-Saône, de Haute-Marne ou de l'Aube.

Publicité
Publicité

Un déroulement bien connu

Le tout avec un scénario ultra-classique depuis ce début de Tour et même classique tout court, avec une échappée formée dès le km 0, d'abord par le français Perrig Quémeneur (Direct Energie), vite rejoint par Vegard Stake Laengen (UAE) et Frederik Backaert (Wanty-Groupe Gobert).

Ce petit groupe va prendre quelques minutes d'avance, mais pas plus de 4'15, le peloton et les équipes de sprinters veillant au grain et "tenant en laisse" ces trois-là, selon l'expression consacrée, pour les rejoindre finalement à un peu moins de 10 kilomètres de l'arrivée à Troyes, le tout sous 40 degrés à l'ombre, un climat impitoyable non seulement pour la population et d'autant plus pour des cyclistes qui restent au soleil quasiment 100% du temps sur ces routes très peu ombragées.

Démare, trop tôt ?

Un sprint massif a donc, comme prévu, attendu nos coureurs à Troyes et à ce petit jeu, forcément, la France entière attendait un coup double d'Arnaud Démare après son premier succès acquis deux jours plus tôt à Vittel.

Publicité

Mais cette fois, Marcel Kittel n'a pas été envoyé au sol dans les derniers kilomètres et le sprinter allemand a donc pu défendre ses chances à 100%, d'autant plus que le français est sans doute parti d'un peu trop loin cette fois, faisant lui-même le boulot aux 500m, se retrouvant en tête par la force des choses assez rapidement après avoir doublé les poissons-pilotes des autres équipes.

Cela dit, Marcel Kittel a lui aussi dû fournir son effort tout seul, puisque personne de son équipe ne l'a ramené, mais il a passé la surmultipliée au bon moment et n'a pas eu trop de mal à venir toiser sur la fin le champion de France. Un second succès pour l'allemand dans ce Tour de France donc, et il sera sans nul doute le principal rival d'Arnaud Démare dans la course au maillot vert de cette édition 2017. On ne boudera pas notre plaisir.

Statu Quo chez les favoris

Au lendemain de la première arrivée au sommet à La Planche des Belles Filles qui a vu le succès impressionnant de Fabio Aru et la prise de pouvoir de Chris Froome, les principaux prétendants à la victoire finale n'ont pas souffert ce jeudi et rien n'a donc changé au classement général.

Publicité

Ce vendredi, les coureurs s'en iront vers Nuit-Saint-Georges pour la 7e étape, au profil similaire, avant un week-end nettement plus montagneux du côté de la Station des Rousses samedi, puis de Chambéry dimanche. #Sport #Cyclisme