Publicité
Publicité

Mais quand pourra-t-on clore ce dossier ? Depuis deux semaines, le Paris-Saint Germain et le FC #Barcelone se tirent la bourre pour compter dans ses rangs le Brésilien Neymar [VIDEO] la saison prochaine. Si la donne semble définitivement acquise pour le club français [VIDEO], le Barça continue de se battre pour retenir son ailier gauche. En effet, à en croire le quotidien espagnol Sport, le club catalan refuserait de laisser son joueur faire le nécessaire pour quitter le club en lui refusant de passer sa visite médicale.

Une interdiction que le joueur a bravé dans l'après-midi, en se rendant à Porto (Portugal) pour y finaliser son transfert.

Publicité

Une destination où il a retrouvé Maxwell, un compatriote ancien latéral gauche du club français... et du Barça.

Une virée qui pourrait coûter cher au joueur, puisque la radio Rac 1 annonce que le joueur sera sanctionné financièrement en conséquence.

Un comportement sévère de la part du club barcelonais, qui refuse d'accepter cette défaite hors des terrains. Plusieurs fois déjà, le deuxième club le plus titré d'Espagne a tenté de barrer la route à son joueur auriverde, et souvent à l'aide de sanctions.

Publicité

Déjà alors que la décision du joueur de 25 n'était pas prise, le club contestait, en cas de départ, une prime de 25 millions d'euros qui devait lui être versée.

Evidemment, il y a eu l'épisode du "se queda" lâché par son coéquipier Gérard Piqué, et dont le seul but était de mettre la pression sur le joueur qui sera présenté au Parc des Princes vendredi prochain. Des procédés parfois à la limite de la malhonnêteté qui pourraient être poursuivis sur les terrains judiciaires, le club blaugrana ayant promis de poursuivre le #PSG pour non-respect des règles du fair-play financier.

Le club catalan est même allé jusqu'à tenter de créer un front "anti-PSG" qui rassemblerait plusieurs équipes de premier plan en désaccord avec la politique de recrutement et de dépense du club de Nasser El-Khelaifi. En outre, c'est même le président de la Liga Espagnole qui est monté au créneau pour déclarer qu'il ne voulait pas de l'argent parisien et que le transfert du Brésilien était frauduleux car inadéquate avec les règles du fair-play financier.

Publicité

Si cette dépense à outrance opérée par le Paris-Saint Germain a de quoi déplaire, le FC Barcelone et ses nombreuses opérations proche de la centaine de millions d'euros (#Neymar, Suarez) ainsi que ses contrats monumentaux offerts notamment à Lionel Messi contribue tout autant à l'inflation désespérante intervenue sur le marché des transferts.