L'ambiance sera très certainement bouillante à partir de dix-sept heures ce dimanche à l'Accor Hotel Arena (anciennement Palais Omnisport de Paris Bercy ou POPB). En cause, la grande finale du Summer Split (segment d'été) des Championnats d'Europe du très populaire MOBA (Multiplayer Online Battle Arena ou arène de combat en ligne multijoueur) League of Legends (LoL). Le sport électronique, ou eSport, qui englobe toutes les compétitions de jeux vidéo et notamment les jeux en ligne, a connu une montée en puissance phénoménale au cours de ces dernières années. Celle-ci pourrait déboucher sur une période faste, signifiant l'essor de cette nouvelle activité.

Publicité
Publicité

Le dernier débat en date concerne d'ailleurs l'introduction de l'#eSport aux Jeux Olympiques 2024 [VIDEO], point sur lequel le membre du Comité International Olympique et co-Président du Comité d'Organisation des Jeux de Paris Tony Estanguet s'est dit favorable. L'opposition entre tradition et modernité fait rage, cet ajout représentant pour certains "l'abandon de la notion de sport" et pour d'autres "un grand pas dans l'époque sportive contemporaine". Si l'exposition régionale paraît suffisante, le terme "eSport" et la notion qu'il englobe ne sont cependant pas encore entrés dans le vocabulaire international. En tout cas, le domaine brigue sa place en tant qu'élément non négligeable du paysage informatique moderne.

La finale en elle-même se déroulera en trois manches gagnantes.

Publicité

Sera mise en jeu la place de champion bien sûr, mais également une qualification certaine pour les Mondiaux de LoL 2017 se tenant en Chine. Développé par la société Riot Games, League of Legends est un jeu se déroulant en équipe de cinq contre cinq, avec pour objectif de détruire la base ennemie. Les joueurs usent pour cela de différents personnages appelés "champions" qui possèdent tous des propriétés uniques et des compétences particulières. Les parties durent entre 20 et 45 minutes.

Une opposition entre expérience et talent

Dans la tête des fans, une question principale demeure : le talent de Misfits sera-t-il suffisant pour stopper la domination écrasante de G2 eSports ? Les coéquipiers de Luka "PerkZ" Perkovic restent tout de même sur trois succès consécutifs lors des segments de printemps et d'été 2016 ainsi que lors du segment de printemps 2017, en dépit de leurs contre-performances sur le plan international. La synergie de leurs joueurs se pose comme l'un de leurs principaux atouts, et cet ensemble tranche avec la jeunesse de Misfits (fondée en 2026), et leurs fréquents changements de joueurs jusque-là.

Publicité

L'on pourrait résumer ainsi la situation : contrairement à ce qu'affirme Arsène Wenger, entraîneur du club de football d'Arsenal, les qualités individuelles seraient-elles en mesure de prévaloir sur la maîtrise d'un collectif, du moins en ce qui concerne l'eSport ? Cela synthétise très certainement l'état d'esprit du jeune (18 ans tout juste) français Steven "Hans sama" Liv, qui a fait montre de sa détermination sur Twitter :

Talent à l'état brut, il s'était déjà vu consacrer par la société développeuse du jeu une partie d'un documentaire intitulé Drive, portant sur les différents parcours des actuels joueurs professionnels. C'est également lui qui fut choisi, avec son adversaire Alfonso "mithy" Aguirre Rodriguez, par BMW, partenaire officiel de la finale, pour figurer dans une vidéo retraçant leurs parcours respectifs de Berlin à Paris.

Les fans d'eSport attendent donc avec impatience la conclusion d'une année de compétitions européennes. Le cadre est fixé ; aux joueurs de montrer ce qu'ils savent faire ! #LeagueOfLegends #Jeux Olympiques 2024