Appelez-le Marty McFly ! A 28 ans et après une carrière marquée par les pépins physiques, Juan Martin #Del Potro pourrait bel et bien remonter le temps et surprendre à nouveau son monde. En 2009, l'Argentin alors âgé de 20 ans, apparaît comme le nouvel espoir du #Tennis mondial. Demi-finaliste à Roland-Garros quelques mois plus tôt, Del Potro débarque à Flushing Meadows dans la peau de la tête de série n°6. Devant lui, se tient le Big Four. Roger Federer est alors déjà considéré comme le plus grand joueur de tout le temps. Et ses poursuivants ne sont autre que Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray. Mais Juan Martin Del Potro compte bien s'inviter à la fête.

Publicité
Publicité

L'Argentin tient son rang et se hisse dans le dernier carré. Il affronte alors Rafael Nadal, qui vient de réaliser le doublé Roland Garros-Wimbledon. Et l'Argentin frappe un grand coup en assénant un violent 6-2 6-2 6-2 à l'Espagnol. Il s'ouvre ainsi les portes de sa première finale en Grand Chelem. Il y retrouve Roger Federer, n°1 mondial et quintuple tenant du titre. S'en suit un match épique aux rebondissements multiples. Et 4 heures et 6 minutes de jeu plus tard, Del Potro l'emporte en cinq sets, devenant ainsi le second Argentin à triompher à New York après Guillermo Villas...

Même jour, même heure, même port ?

On s'était donné rendez-vous dans 8 ans... Tout comme en 2009, ils étaient peu à miser sur lui à New York. La faute à de graves blessures ayant brisé l'ascension du géant argentin. Et pourtant...

Publicité

Tête de série n°24 cette fois-ci, Juan Martin Del Potro hérite dès le troisième tour d'un gros morceau, la tête de série n°11, l'Espagnol Roberto Bautista-Agut. Mais Del Potro ne tremble pas et l'écarte en trois sets. Une victoire facile qui lui permet d'envisager plus sereinement son huitième de finale face à la tête de série n°6, Dominic Thiem. Un jeune joueur plein de promesses, tiens tiens ça me rappelle quelqu'un... Et les deux premiers sets tournent courts pour Del Potro qui s'incline 1-6 2-6. Mais l'Argentin n'abdique pas. Et au terme d'un match où il passe près de l'abandon, il s'impose en cinq sets et rejoint une vieille connaissance en quart de finale, Roger Federer... Vainqueur des deux premiers tournois du Grand Chelem de la saison, le Suisse apparaît comme le grand favori à Flushing Meadows. Mais comme en 2009, l'Argentin s'impose au bout d'un duel intense (7-5 3-6 7-6 6-4). Et comme un clin d'oeil du destin, il affrontera demain Rafael Nadal et tentera ce pari fou de réitérer son exploit de 2009...