Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'attente aura été longue. Dimanche 10 septembre, la rencontre de Bundesliga entre le Hertha Berlin et le Werder Brême n'a pas laissé un souvenir impérissable par le jeu, se soldant par un match nul (1-1). L'intérêt de cette partie était certes sur le terrain mais ne portait le maillot d'aucune des deux équipes alignées. En donnant le coup d'envoi du match, l'Allemande de 38 ans Bibiana Steinhaus est officiellement devenue la première femme arbitre principale d'un grand championnat européen. Retour sur un événement historique.

Un parcours de pionnière

Bibiana Steinhaus est déjà une référence du foot féminin pour lequel elle a arbitré les finales des plus grands événements européens comme la Ligue des Champions 2016-2017 remportée par l'Olympique Lyonnais face au PSG et mondiaux à la Coupe du Monde 2015 au Canada et aux Jeux Olympiques 2016 de Rio.

Publicité
Publicité

Cette fonctionnaire de police était d'ailleurs déjà retenue pour les rencontres de deuxième division allemande au sein de laquelle elle a officié pendant plus de dix ans. Elle a donc été sélectionnée, à la fin de la saison dernière, dans le groupe de 24 arbitres retenus pour diriger les rencontres de l'élite allemande. Une avancée de plus pour cette femme qui était déjà devenue, en 1999 soit à l'âge de 20 ans, la première à arbitrer un match d'hommes. Dernière étape ? La coupe du monde 2018 qui se jouera en Russie et pour laquelle elle aura peut-être sa carte à jouer. On le lui souhaite.

Où en sommes-nous en France ?

Si le cas de Corinne Diacre, nouvelle sélectionneuse de l'équipe de France féminine après le fiasco de l'Euro et première entraîneuse d'une équipe professionnelle masculine lorsqu'elle avait été nommée à Clermont en 2014, avait évidemment été un pas dans la bonne direction, nous ne sommes pas encore prêts de voir une Bibiana Steinhaus sur les pelouses de Ligue 1. Depuis plusieurs années, quelques #Femmes ont néanmoins officié dans l'élite française en tant que juge de touche ou quatrième arbitre au bord de la pelouse.

Publicité

Le cas Steinhaus peut néanmoins servir de déclic, c'est ce que pense la secrétaire générale de la FIFA Fatma Samoura qui voit cela comme "un message fort pour le reste du monde". L'intéressée, elle, est heureuse d'être considérée comme une pionnière mais ne considère pas cela comme une fin en soi "Je n’ai jamais fait cela dans un but d’émancipation. Je fais seulement ce que j’aime". Les observateurs ont eux été satisfaits de la première performance de l'Allemande :"Elle a beaucoup laissé joué, et pourtant c'était un match très physique. J'étais content" déclare Pal Dardai, l'entraîneur du Hertha Berlin. Une réussite qui ne demande qu'à être confirmée pour le reste de la saison ... #Allemagne