Depuis le départ de l'historique Cris en 2012, l'OL se cherche un patron pour son arrière-garde. [VIDEO] Les défenseurs centraux se sont succédés et malgré l'éclosion puis l'explosion de Samuel Umtiti, parti à Barcelone l'année dernière, l'écurie rhodanienne n'a jamais réellement retrouvée l'assise défensive qui a fait sa force lors de sa domination des années 2000. Le club pensait avoir réglé ses problèmes en recrutant en 2016 le prometteur Emmanuel Mammana et le confirmé Nicolas Nkoulou, mais les deux joueurs ont mis les voiles cet été (respectivement au Zénith St-Petersbourg et au Torino). Le premier n'a jamais réussi à s'adapter au championnat français, tandis que le second n'a jamais vraiment bénéficié de la confiance de son entraîneur.

Publicité
Publicité

Cette année, la charnière titulaire est composée de la recrue Marcelo et du repositionné Jérémy Morel, et les deux joueurs auront la lourde tâche de stabiliser cette défense lyonnaise qui encaisse bien trop de buts depuis bien trop d'années. La saison dernière, les Gones ont encaissés 48 buts, soit seulement six de moins que le dernier du championnat, Bastia. C'est beaucoup trop pour un club qui nourrit de si grosses ambitions.

Intégrer les recrues

Mariano Diaz, Bertrand Traoré, Marçal, Marcelo, Ferland Mendy, Kenny Tete, Cheikh Diop, Tanguy Ndombélé. Ce sont les huit recrues de l'OL de ce mercato estival [VIDEO], qui dans l'autre sens a vu plusieurs joueurs majeurs s'envoler vers de nouveaux horizons (Lacazette, Tolisso, Gonalons, Valbuena..). Sur ces huit joueurs, cinq arrivent pour être directement dans le 11 type de Bruno Genesio (Diaz, Traoré, Marçal, Marcelo, Ndombélé).

Publicité

Il est toujours difficile pour un club de devoir gérer autant de mouvements en si peu de temps et il sera crucial pour la saison du club que ces joueurs soient performants et développent des automatismes le plus rapidement possible. Lyon n'est pas non plus à l'abri que certaines de ces recrues ne soient pas au niveau et les solutions ne seront pas nombreuses dans un tel cas de figure. Le club a pris un virage risqué cette année et tous ces nouveaux joueurs sont d'autant plus sous pression.

Jouer avec Mariano

Depuis quelques années, l'#OL s'est beaucoup appuyé sur son meilleur joueur, Alexandre Lacazette. Avec 76 buts inscrits lors de ses trois dernières saisons de #Ligue 1, le natif de Lyon était le fer de lance de son équipe. Mais au-delà de ces nombreux buts, l'apport de l'ancien numéro 10 lyonnais se ressentait énormément dans le jeu. Doté d'une qualité technique bien au dessus de la moyenne, le joueur combinait beaucoup avec ses coéquipiers et était un véritable joueur de ballon, qui avait besoin de toucher le cuir.

Publicité

Avec Mariano, l'OL possède un excellent buteur mais dans un style complètement différent. Le dominicain est un véritable chasseur de buts, et n'est pas intéressé par la construction du jeu. Il faudra que ses coéquipiers s'adaptent à son jeu pour le mettre dans les meilleures dispositions possibles tant le joueur a besoin des autres pour pouvoir briller. Le très bon début de saison du joueur (3 buts en quatre matches) est prometteur mais il faudra confirmer sur la durée et surtout voir si la greffe prendra définitivement du côté des joueurs autour de lui.

Concilier le championnat avec l'Europa League

Avec une finale qui aura lieu au Groupama Stadium, l'#Europa League est l'objectif majeur de Jean-Michel Aulas. La demi-finale perdue la saison dernière face à l'Ajax Amsterdam est encore dans toutes les têtes et le président lyonnais rêve d'offrir une coupe d'Europe à ses supporters. Néanmoins, il faudra bien gérer ces rendez-vous européens, qui nécessitent généralement beaucoup d'énergie. La poule dont a hérité l'OL (Everton, Atalanta Bergame, Limassol) est l'une des plus relevée du plateau et si le club se qualifie pour les prochains tours, les adversaires seront fatalement de plus en plus coriaces. Jongler entre la coupe d'Europe et une Ligue 1 qui s'est considérablement renforcée cet été pourrait se révéler bien plus ardu que prévu pour les joueurs de Bruno Genesio, qui devront décidément passer de nombreux obstacles cette année pour réussir leur saison.