Publicité
Publicité

C'est une information à prendre avec des pincettes, d'autant plus qu'elle provient d'un média catalan, où la pilule du transfert de #Neymar pour la capitale française a encore du mal à passer. Ce mardi, le quotidien Sport a annoncé dans ses colonnes que le Brésilien du #PSG aurait fait la demande à son Président Nasser Al-Khelaïfi de se débarrasser d'Edinson #cavani lors des prochains mercatos. Une information qui pourrait s'expliquer par les tensions apparues entre les deux joueurs à l'occasion de la rencontre PSG - Lyon pour une histoire de penalty [VIDEO], et qui auraient provoqué par la suite une altercation entre les deux hommes dans le vestiaire parisien.

Publicité

Depuis cet épisode, le deuxième meilleur buteur de l'histoire des Rouges et Bleus a tenu à apaiser les tensions, en déclarant au micro d'une radio uruguayenne : "Ce sont des choses montées en épingle. Je ne sais pas pourquoi on créé toutes ces histoires. Ce sont des choses normales, qui arrivent dans le football. La vérité, c’est qu’il n’y a aucun problème." En revanche son coéquipier fraîchement arrivé, n'a pas pris la parole pour commenter cet événement ce qui entretient un peu plus le doute sur l'importance de ce clash entre les deux hommes.

Une réunion avec Henrique et Emery programmée

Ces tensions pourraient définitivement se calmer ce mercredi, lors d'une réunion demandée par Nasser Al-Khelaïfi et qui réunira les deux joueurs ainsi qu'Antero Henrique, le directeur sportif du PSG, et l'entraîneur, Unaï Emery.

Publicité

Une solution est d'ores et déjà avancée par le Portugais et l'Espagnol, qui souhaiteraient que Neymar et Edinson Cavani tirent un penalty sur deux. Une option qu'avait déjà évoquée Unaï Emery ce dimanche à la suite de la rencontre contre les Lyonnais [VIDEO]: "On va s’arranger en interne. Je crois que les deux sont capables de tirer les penaltys. Et je veux que les deux se mélangent pour les frapper."

Reste à voir si cette solution contentera les deux hommes, et si la question des coups francs sera également statuée au cours de cette réunion. Face au Rhodanien, le Brésilien avait refusé à son homologue un coup de pied arrêté bien placé, alors qu'il venait pourtant d'échouer sur une tentative quelques minutes plus tôt. Le début de cohabitation entre les deux Sud-Américains semble en tout cas compliqué et il ne reste plus qu'aux supporteurs parisiens à espérer pour que cette situation soit vite réglée et ne laisse pas trop de trace dans le vestiaire des Franciliens.