N'importe quel fan de #Football vous le dira : les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. Cette citation colle parfaitement à la peau du Racing Club de Strasbourg, club historique du football français (3 Coupes de France, 2 Coupes de la Ligue, 1 titre de champion de France en 1979, 56 saisons dans l'élite...) fondé en 1906 sur les bords du Krimmeri et qui depuis le début des années 2010 vit une traversée du désert dans le paysage professionnel du ballon rond. Habitué à être appelé le "Marseille de l'est" pour ses déboires extra-sportifs récurrents entre les années 1980 et 2000, le club phare Alsacien a succombé à un dépôt de bilan durant l'été 2011 et a du repartir tant bien que mal au cinquième échelon hexagonal. Fort de deux montées successives en 2012 et 2013, le club dirigé par Marc Keller s'est complètement écroulé la saison dernière en terminant 16ème sur 18 du championnat National malgré une affluence record (10 407 spectateurs en moyenne dont un pic à plus de 20 000 pour la réception du voisin Colmar).

Condamné au CFA, le Racing ne doit son salut qu'à un coup de pouce du destin. Ou plutôt des instances sportives qui ont décidé de bannir la formation de Luzenac du monde professionnel et de le renvoyer en DHR (équivalent de la 7ème division) et de Carquefou, qui vient se rajouter à la longue liste entamée par le RCS des clubs déposant le bilan. Jacky Duguépéroux, de retour aux commandes du club au printemps 2014 suite à l'éviction de François Keller, décide de bousculer l'équipe avec pas moins de 14 départs et 6 arrivées dont Ernest Seka, révélation de la première partie du championnat. En effet, ce colosse défenseur d'1m85 pour 84 kilos a tout de suite fait parler la poudre et s'est révélé aux yeux du public en étant nommé quatre fois de suite meilleur joueur du mois par les supporters. Une équipe remaniée, et qui fait plutôt bonne figure en cette fin 2014 avec une 10ème place au compteur mais à seulement 6 points du podium. Ces 15 premiers matchs reflètent à la perfection le club depuis des années, capable du meilleur comme du pire. Le pire avec une défaite à la maison contre Avranches (1-2) ou une défaite à Chambly (2-1) et le meilleur avec un exploit à Sochaux en Coupe de France (0-1) puis une victoire à Paris face au Red Star, taillé pour la Ligue 2 (1-2). Cette 10ème place n'est pas suffisante cependant pour les ambitions du club, qui est de retrouver le monde professionnel au plus vite.

2015, l'année parfaite ?

Pour combler certaines lacunes offensives et défensives, la cellule recrutement du RCS(A) décida de recruter deux hommes d'expérience : En attaque, Jérémy Blayac sous la forme d'un prêt de six mois venant du SCO d'Angers puis Mickaël Chrétien, latéral droit aux 296 apparitions sous le maillot de l'AS Nancy Lorraine et aux 36 sélections avec l'équipe nationale marocaine. Et cela paie. La concurrence - saine - a permis au groupe de se ressouder et de croire à la montée. Le club est également revenu sur le devant de la scène nationale grâce au record d'affluence exceptionnel (25 096 spectateurs) contre Colmar. Depuis le début de l'année, le Racing est invaincu en championnat (3 victoires, 3 nuls) et pointe désormais à la 4ème place au classement. Classement tronqué par les matches en retard certes, mais qui donne des envies d'aller voir un peu plus haut que l'antichambre professionnelle française. Ce classement aurait pu être encore meilleur si les Strasbourgeois n'avaient pas laissé filer 2 points extrêmement précieux dans la course à la montée chez le voisin Epinal, pratiquement condamné à la CFA.

La réception de Bourg-Peronnas ce vendredi (20h00) constitue le match charnière par excellence. Sous l'influence du meilleur buteur du national Pape Sané (16 buts en 22 matchs), les Bressans sont sur le podium à égalité de points avec le Paris FC et comptent confortablement 8 points d'avance sur... le Racing. Au match aller, la messe était déjà dite à la mi-temps pour les Bas-Rhinois, Sané étant allé de son triplé. Cette défaite cuisante constitue également la plus grosse fessée des hommes de "Dugué" cette saison qui auront probablement un sentiment de vengeance au Stade de la Meinau. Les tribunes ne seront d'ailleurs pas loin d'être pleines grâce à la mise en place de billets gratuits pour toutes les femmes venant assister à la rencontre. Une victoire strasbourgeoise et les nombreux supporters pourront croire de plus en plus à une montée en L2, revenant ainsi à 5 petits points de leurs adversaires du soir. Cette montée qui paraissait encore hypothétique il y a un an. Quand on disait que les saisons se suivent et ne se ressemblent pas...

Le groupe du RCS : Gauclin - Oukidja - Aguemon - Bahoken - Blayac - Belahmeur - Camara - Chrétien - Grimm - Lienard - N'Dour - N'Doye - N'Diaye - Oliveira - Sabo - Sikimic - Seka.
#Strasbourg sport