La naissance d'un vin est toujours un acte créateur! Aussi est-il naturel d'associer le vin à la poésie, la musique, la peinture, voire la photographie. C'est ce que la Cave de Ribeauvillé se propose de réaliser depuis 1995 en s'engageant auprès d'artistes et en leur donnant la possibilité d'illustrer chaque année un coffret de trois grands vins édités en quantité limitée.

La Cave de Ribeauvillé dédie également aux diverses formes d'art un très beau lieu: la Salle Emile Traber qui accueille musiciens, poètes, plasticiens qui ont le loisir de s'y exprimer en toute liberté.

Deux artistes contemporains y exposent actuellement leurs dernières oeuvres dans une parfaite harmonie où la photographie et la sculpture dialoguent pour notre plus grand plaisir. 

Photographe, journaliste de formation, Robert Stantina a gardé l'oeil du reporter que l'on devine dans la sélection de 70 photographies grand-format réunies sous l'intitulé "Voyages et rencontres". Ces images prises dans différents pays comme au Pérou des Incas, au Ladakh-Zanskar, à Cuba, en Polynésie, au Sahara ou sur l'île de Bali nous font voyager au-delà de notre imaginaire à la rencontre de magnifiques paysages mais également de portraits étonnants qui nous ouvrent le regard sur d'autres cultures. Robert Stantina nous invite indéniablement à un voyage immobile au-delà des frontières mais également au coeur de nous-mêmes.

Erwin Kempf façonne le bronze depuis une trentaine d'années et a acquis une belle renommée dans ce domaine. L'artiste travaille à Walbach dans la vallée de Munster, où il est responsable de l'atelier "Tout feu, Tout Femme", au titre hautement évocateur, repris dans le cadre de l'exposition présentée dans la Cave de Ribeauvillé. Comme son intitulé l'indique, Erwin Kempf célèbre le corps au féminin! Les femmes sculptées par l'artiste évoluent avec élégance et sensualité. Elles possèdent la grâce intemporelle des statues antiques, et elles en ont, tout à la fois, la puissance et la légèreté. Elles séduisent l'oeil et font danser de belle manière notre imaginaire... #Strasbourg culture