RDV.I est une manifestation annuelle qui vise à promouvoir l'image fixe et animée par la rencontre des auteurs et du public. Toutes les facettes de l'image sont présentées dans cette véritable fête qui n'a d'autre objectif que de faire connaître la création artistique contemporaine.

La sélection opérée par Denis Rouvre a permis de décerner le premier prix à Vincent Muller, reporter indépendant qui travaille également dans la publicité. Le photographe a réalisé une série d'images qui nous donnent à voir ou plutôt à entrevoir des personnages de passage à la station Messeplatz de Bâle en Suisse. Saisis dans leur élan, ils nous apparaissent nimbés de lumière dans un entre-deux où le temps semble suspendu...

Lise Dua obtient la deuxième place dans ce palmarès avec sa série qui se décline au fil de rencontres opérées à Moscou, Samara ou Saint-Pétersbourg. Ce sont ses voisins de palier appelés « coced » en russe qui sont les héros de petites histoires que l'artiste, nourrie par la photographie et le cinéma, nous restitue avec une certaine tendresse. Dans chaque image, les personnages font corps avec leur environnement. Ainsi une jeune femme revêtue d'un tablier fleuri prise de dos s'affaire dans sa cuisine où le papier peint, la nappe en toile cirée sont également fleuris...Un régal pour les yeux, un authentique moment de poésie!

Dominique Pichard est le troisième lauréat de RDV.I. Il publie ses oeuvres dans la presse tatoo internationale et collabore avec Arte et Mediapart ainsi qu'avec le magazine Rise aux USA. Ses photographies de tatouages prises des USA jusqu'en Asie nous interpellent au vif de notre peau car elles sont assurément, comme l'intitulé l'indique, « De chair et d'encre! »

Oualid Ben Salem nous invite à la réflexion avec sa galerie d'hommes et de femmes en lévitation au-dessus du sol, leur carte d'identité bien en vue dans leur main. Ils témoignent de la difficulté paradoxale du droit de circuler librement dans un monde où s'ouvrent à priori les frontières...

Le prix professionnel, attribué par 21 rédacteurs en chef, revient à Sophie Dupressoir, installée depuis quatre ans à Strasbourg, pour son travail effectué sur les plages du débarquement en Normandie. L'artiste y est partie à la recherche de vestiges du passé, explorant ainsi le champ de la mémoire collective en la confrontant à la mémoire individuelle.

Une exposition remarquable et d'envergure à découvrir absolument en ce mois d'avril à la Maison de la Région Alsace, 1 place Adrien Zeller, à Strasbourg.