Trois des cinq finalistes du prestigieux prix littéraire italien, se sont retrouvés à Strasbourg pour présenter leur ouvrage toujours en compétition.

Le Premio Strega fut créé en 1947 par Maria Bellonci et "Les Amis du Dimanche", un groupe d'artistes et d'intellectuels qui avait coutume de se réunir pour débattre de la nouvelle acquisition de la démocratie après-guerre.

Le jury très large dès la première édition a couronné des auteurs aussi connus que Primo Lévi, Alberto Moravia, Umberto Ecco... A ce jour, pas moins de 385 personnes composent le jury auquel participent de nombreux médias ainsi que 12 comités de lecture situés à l'étranger.

C'est dire l'importance de ce prix qui est devenu un véritable indicateur des goût littéraires en Italie ! Cinq finalistes sont toujours en lice: Mauro Covacich, Elena Ferrante, Fabio Genovesi, Nicola Lagioia et Marco Santagata. La proclamation du lauréat aura lieu le 2 juillet dans le somptueux cadre du Ninfeo de la Villa Giulia à Rome.

Trois des finalistes ont lu un passage de leur dernier ouvrage et ont pu présenter au public strasbourgeois leur vision de la littérature. C'est ainsi que Mauro Covacich a rédigé un livre de nouvelles "La Sposa" dont le personnage central n'est autre que l'auteur lui-même...Les faits divers sont devenus pour lui une source d'inspiration car selon lui "c'est dans la réalité que l'écrivain appréhende la vérité", c'est ainsi que dans ses textes, il aborde le thème de la stérilité notamment dans la nouvelle ayant trait à un petit garçon jouant avec un freesbee.

Fabio Genovesi s'est investit dans l'écriture d'un roman à plusieurs personnages "Chi Manda Le Onde" dont il nous dit en substance que "La réalité est le meilleur des contes de fées". Le merveilleux y a le pouvoir de transcender les réalités les plus noires et de nous aider à poursuivre notre chemin.

Nicola Lagioia, auteur de "La Ferocia", nous invite à découvrir la vraie nature de personnages inquiétants car selon lui "ils font partie de la condition humaine". A ce titre, nous entrons dans ce roman souvent noir qui nous ouvre à cette comédie humaine dont nous faisons partie et dont parfois nous n'avons plus conscience...

Cette présentation de trois des cinq finalistes a permis, sans nul doute, au public strasbourgeois d'apprécier la richesse de la littérature italienne contemporaine parfois mal connue ou voire même méconnue. Chacun attend dès lors avec impatience le nom du lauréat du Prix Strega 2015! #Strasbourg culture