Magistrale, phénoménale, intemporelle, exceptionnelle, les mots ne sont pas assez forts pour décrire cette exposition sur l'enfant terrible de la #Mode, Jean Paul Gaultier. C'est à Paris au Grand Palais que le plus emblématique des créateurs de mode français installe sa rétrospective et nous fait partager son savoir-faire, son histoire et ses rêves. Dans cette exposition consacrée à l'ensemble des créations de Jean Paul Gaultier, on peut s'apercevoir de son talent, des nombreuses heures de travail des ateliers et la richesse de sa maison de prêt-à-porter et de haute couture.

Publicité

Publicité

L'aventure commence par Nana, un ourson en peluche qui a marqué l'enfance de Jean Paul Gaultier, et lui a marqué Nana en lui cousant un premier soutien-gorge. Les sources d'inspirations du créateur sont multiples et sont parfaitement relatées tout au long de l'exposition. C'est à la post-adolescence que Jean Paul Gaultier débute ses classes chez Pierre Cardin puis chez Jean Patou en qualité d'illustrateur. Remarqué, il est rapidement envoyé en Asie par Pierre Cardin afin d'y développer les collections. La suite on la connaît…marinière, bustiers, maille d'acier, corsets, il déshabille la femme en cuir et habille l'homme d'une jupe. Contrairement à ce que les non initiés peuvent penser, JPG n'a pas créé la marinière, mais il a fasciné cette dernière en l'approuvant sur Coco Chanel, Pablo Picasso, Tom of Finland ou encore Popeye. En pénétrant dans la seconde pièce de l'exposition au Grand Palais, on tombe nez à nez avec un catwalk (scène de défilé) qui présente les meilleures des collections de prêts-à-porter de Gaultier, de « la concierge est dans l'escalier » à la robe « Eiffel », les pièces qui ont marqué l'époque sont stars aujourd'hui.

Publicité

Au premier rang du défilé, les plus grandes rédactrices modes de la décennie. Un clin d'œil à son dernier show à Paris qui signait la fin du prêt-à-porter et où Jean Paul Gaultier a eu la bonne idée de travestir les mannequins en Carine Roitfeld, Suzy Menkes ou bien Grace Coddington pour leur rendre un ultime hommage. Les autres invités du défilé sont les « Punk », autre période importante dans le parcours de Gaultier. On peut y observer sa particularité qui consiste à puiser son inspiration de la rue et des classes populaires de notre société. La mode de Jean Paul Gaultier n'est pas élitiste, et ne le sera jamais !

Près de 300 pièces sont présentées dans cette rétrospective, de la couture aux costumes de scène, Jean Paul Gaultier a marqué de son génie dans de nombreux domaines. Mylène Farmer, Madonna, des années 90 à 2010, les célébrités chantent et dansent en Gaultier sur les plus grandes scènes du monde. L'exposition se clôture en beauté et en couture, avec ses modèles fétiches, portés par Sarah Jessica Parker, ou la moins célèbre Nabilla en passant par la charismatique Grace Jones.

Publicité

Sans doute une des plus belles rétrospectives qu'un créateur de mode ait pu livrer à Paris, on prend conscience de l'importance de Jean Paul Gaultier dans la mode et on voit en lui le porte-parole du savoir-faire français à travers le monde. Jean Paul Gaultier est sans doute plus un costumier qu'un couturier, il a très tôt eu du flair, et même en qualité de nez, il sait y faire, à quand une prochaine exposition sur ses parfums aux beaux flacons !