Lancé en novembre dernier, Kaktus est un #magazine indépendant axé sur le #Voyage, la photographie, le #Lifestyle et l’alimentation. Sa fondatrice et rédactrice en chef, Auriane Alix, nous livre les dessous de son média qu’elle a conçu intégralement, du concept à l’impression. Etudiante en troisième année de Bachelor de journalisme, Auriane Alix se distingue par sa maturité et sa volonté. Amoureuse du voyage et de la photographie, elle est aujourd’hui à la tête de son propre magazine, Kaktus. « Ma passion pour la photo a été une évidence lorsque j’ai eu mon premier Reflex. J’ai commencé à développer certaines techniques en m’inspirant de plusieurs photographies minimalistes et épurées. Le magazine étant également l’un de mes centres d’intérêt, je me suis toujours dit que j’en créerais un. J’ai choisi ce nom car il pique, il fait contraste avec son esthétique douce et épurée. Kaktus se veut être un contraste global avec les autres magazines.

Publicité
Publicité

»

Si le premier numéro est paru en novembre 2016, Auriane y songeait depuis des mois. Une fois le concept maîtrisé, elle a décidé de créer une équipe variée et solide. « Tout s’est accéléré à partir du mois de juin où j’ai posté une annonce de recrutement pour trouver des rédacteurs bénévoles. Je m’attendais à avoir deux réponses, j’en ai eu beaucoup. Lors des débats sur les sujets, je leur suggère des papiers mais je ne leur impose pas, je privilégie la discussion. Peu à peu, la ligne éditoriale s’est dessinée. Kaktus, c’est principalement un magazine voyage, mais aussi food et lifestyle. J'aime principalement ses grands espaces blancs, qui permettent au regard de se concentrer sur l’essentiel. Le but est de faire de la qualité et non de la quantité. » L’impression et la correction résultent également d’un travail d’orfèvre puisque Auriane se charge elle-même de la vérification du magazine une fois sur papier, de la vente et de la distribution.

Publicité

Un contenu de qualité composé exclusivement d’éléments vus et vécus par leurs auteurs, tel est le mot d’ordre de Kaktus.

Magazine Kaktus : Parler de voyage par amour du voyage

Comme elle l’a précédemment mentionné, Auriane souhaite sortir des sentiers battus, à tous les points de vue. « Nous ne sommes pas un guide de voyage car nous ne nous axons pas sur des villes dans leur globalité, mais sur des points précis. Nous sélectionnons 4-5 angles que nous développons. Dans le premier numéro, nous avons parlé de la Réunion, de Stockholm et de Chiang Mai, en Thaïlande selon des aspects particuliers. Nous mettrons en avant, entre autres, Venise dans le deuxième opus. J’ai des idées pour le sommaire, je pense notamment à des lieux originaux de Paris, à un photographe australien, à des créateurs et à d’autres voyages. Le prochain paraîtra au mois de mai. Pour l’instant, je compte rester sur un format bi-annuel. Chaque numéro nécessite une longue préparation au niveau des textes, mais surtout des photos, car il faut attendre que chacun soit rentré de voyage. »

Si elle songe déjà à l’avenir de son média en termes de communication, de distribution et d’éditorial, elle ne veut pas brûler les étapes et rester concentrée sur le même fil rouge.

Publicité

« Kaktus est principalement disponible sur Internet, même si je commence à avoir des partenariats avec des librairies indépendantes qui le distribuent. Il n’y a aucune publicité pour l’instant, il y en aura peut-être par la suite, mais que j’aurais choisi avec soin et qui devront s’inscrire dans l’esprit du magazine. » Autre projet pour la jeune rédactrice en chef, être polyvalente. Si elle maîtrise déjà très bien l’écriture, la photographie et les langues, elle souhaiterait se perfectionner dans ces domaines afin de pouvoir être la plus libre possible dans ses activités. Le premier volume de Kaktus est une réussite. Intéressant, très agréable à regarder et décalé, il a de grandes chances de devenir un média populaire d’ici quelques années. A en voir la détermination de sa fondatrice, il est difficile d’en douter.