Notre penchant pour la #Musique reflète la façon dont nous organisons nos morceaux musicaux préférés. Des jeunes entrepreneurs ont su créer un objet connecté qui diffuse une musique à la carte selon les attentes de l’auditeur en mixant ses morceaux favoris.

Prizm ce petit boîtier qui ressemble à un prisme est la création de 3 ingénieurs et designers qu’ils destinent à la connexion d’une chaîne stéréo ou encore à des enceintes.

Cet objet high-tech identifie l'auditeur pour adapter ses choix musicaux selon ses préférences et son emplacement.

Prizm sait en autre analyser l’ambiance qui anime une pièce à l’aide de capteurs de tel sorte qu’il sache différencier une soirée pleine de romantisme et une soirée avec des amis. Toutes ses données relatives à l’environnement conjuguées avec les plages horaires éventuelles du jour et de l’heure de la semaine, le conditionne pour faire un choix automatique de la musique en l’adaptant à la situation présente.

« 5 à 6 scénarios sont alors mémorisés », souligne P. Verdu, cofondateur de Prizm.

Prizm sera donc en mesure de détecter un #Smartphone ou une monture connectée et de l’identifier afin de proposer les titres les plus appréciés avec une particularité, il se connectera sur le site d’écoute de musique préféré de l’auditeur tel que Deezer ou Spotify afin de sélectionner sa musique.

Ainsi il configurera une sélection selon l’emplacement de l’auditeur, un profil étant relié à chaque mobile qui distribue les choix musicaux de son possesseur.

Lorsque Prizm est connecté aux enceintes il permet la diffusion de la musique en Wifi.

Vous avez de l’attirance pour la musique qui se diffuse ? Touchez le cœur sur Prizm et la sélection est ajoutée immédiatement dans la playlist de votre compte Spotify ou Deezer. Touchez la croix et vous modulez la musique en diffusion.

Tous ces échanges interactifs permettent à Prizm de mieux connaître vos goûts. Il est également possible d’utiliser l’application sur iOS ou Android.

Sa commercialisation est prévue au second semestre 2015, toujours en phase bêta il est financé sur le site dédié (participativekickstarter) dont les subventions attendues vont au-delà des 70 000 $ fixés. #Internet