Plusieurs questions se posent sur la mise en place de la version « Pro » de #Facebook qui favorisera les discussions entre collègues. A travers ce nouveau site nommé « Facebook at Work » dont la mise en œuvre est tenue secrète, les utilisateurs pourront converser avec des collaborateurs, entretenir une relation avec des professionnels ou participer à la documentation interne de l'entreprise », décrit le « Financial Times », le 17 novembre 2014.

Converser avec des collègues instantanément par messagerie interposée, adopter une relation interentreprises avec des contacts affiliés, travailler à l'édification de documents professionnels … Cette version « Pro » de Facebook inspire inévitablement le concept avant-gardiste de Yammer de Microsoft, linkedIn et Drive de Google ou encore Salesforce.com.
Mais si le concept semble fondé sur de bonnes bases, sa future mise en forme interroge plusieurs utilisateurs. Jusqu'où la confiance sera-t-elle tenue ? L'interrogation principale est posée sur le stockage et l'utilisation massive des données.
En effet, à plusieurs reprises Facebook a fait l'objet de critiques pour sa gestion abusive des informations d'ordre privé, en autre depuis sa promotion du système de reconnaissance physionomique, de l'enregistrement injustifié des conversations privées et de la géo localisation ou encore son expérience psychologique décriée par une partie de ses abonnés afin d'évaluer son « pouvoir d'influence ».
Les controverses à répétition ont terni la réputation du célèbre réseau social. Cependant dans l'environnement des entreprises la préservation des données sensibles est primordiale.
« En considérant les déconvenues de Facebook sur les données privées, l'absence de confiance s'est déjà installée dans les réseaux d'entreprise », signale le portail ZDNet.
Et les changements à venir sur le sujet de la confidentialité n'inspirent aucune confiance, étant donné que les informations reçues sont « échangées avec les fournisseurs et autres partenaires qui travaillent avec nous à l'international ».
« Pour les entreprises, le scepticisme est de mise quant à l'opportunité d'entretenir des relations avec Facebook », lance P. Torres Dir. conseil et stratégie de l'Atelier (veille technologique).

Confronté à Facebook dans l'avenir, à l'exemple de Microsoft ou de LinkedIn actuellement, les entreprises doivent établir des prévisions sécuritaires en contractualisant la sauvegarde de leurs données ».

BN #Internet