Des pirates informatiques ont élaboré une méthode permettant d'extorquer des informations sensibles à des dirigeants d'entreprise importants en infiltrant les connexions wifi des hôtels de luxe, a confirmé le 10 novembre 2014 l'entreprise Kaspersky Lab. D'après un compte rendu de la firme russe de sécurité informatique, l'opération de #Piratage dénommée Darkhotel « est dissimulée dans l'ombre depuis environ 4 ans, dérobant des informations sensibles à plusieurs hauts dirigeants d'entreprise se déplaçant à l'étranger ». Kaspersky a énoncé qu'une moyenne de 90 % des piratages semblent avoir lieu au Japon, en Corée du sud, à Taiwan et en Chine, alors que les leaders d'entreprises pris pour objectif proviennent des Etats-Unis et d'autres pays dans le monde.

« Des milliers de hackages ont été perpétués », indique le rapport. Les objectifs les intéressants portent sur des leaders importants des Etats-Unis et d'Asie qui réalisent des affaires et font des investissements dans la localité Asie-Pacifique ».

L'ensemble des saisies du clavier

Les hackers investissent les connexions wifi des établissements et trompent ensuite les dirigeants en leur faisant installer des systèmes malveillants autorisant l'accès à distance à leurs informations confidentielles. « Ces dispositifs collectent des informations sur l'ordinateur et sa défense anti-piratage, enregistrent toutes les frappes du clavier et recherchent les codes d'accès dans Chrome, Firefox et #Internet Explorer; les identifications de connexion pour Yahoo!, Twitter, Gmail Notifier, Facebook et Google; ainsi que d'autres données privées », affirme le compte-rendu des Russes de Kaspersky.


« Après leur infiltration, les hackers suppriment minutieusement tous leurs dispositifs du réseau wifi de l'établissement et se remettent à guetter dans l'ombre », conclut-t-il. Les objectifs portent notamment sur des directeurs de marketing/ventes, des dirigeants de firmes importantes, des chercheurs à haut potentiel travaillant dans des sociétés d'électronique, dans les équipements d'armements, l'automobile, la finance et la pharmacie. Des dirigeants de services de police, d'organisations non gouvernementales et de l'armée ont aussi été pris pour cible.


Le volume des fréquentations le plus important dans les réseaux wifi d'hôtels date du mois d'août 2010 en se poursuivant au cours de l'année 2013, « et nous enquêtons sur des situations dans plusieurs hôtels en 2014 », a précisé Kaspersky, en exhortant les voyageurs à faire preuve d'un supplément de prudence en ce qui concerne leurs mises à jour système pendant leur séjour à l'étranger.