Après un voyage de 9 ans la sonde New Horizons est arrivée à proximité de Pluton en sortant samedi de son hibernation afin de se préparer pour le lancement de la première exploration de la planète naine accompagnée de Charon, sa lune.
« New Horizons est totalement fonctionnelle, à plus de 4 milliards de kilomètres de notre planète, elle navigue silencieusement dans l'immensité de l'espace. Elle doit maintenant sortir de son sommeil pour se mettre au travail », soulignait dernièrement Alice Bowman dirigeante de la mission pour le laboratoire Physique appliqué de l'Institut John Hopkins.

En hibernation depuis 1873 jours

Depuis janvier 2009, New Horizons a hiberné. Cette mise en pause favorise la préservation des composants électroniques, des circuits connectiques, sans omettre les systèmes de bord. Cette programmation permet en autre la réduction des coûts d'activité de la mission. La sonde à nécessité 18 mises en veille depuis le commencement de son vol. La plus importante durée de sommeil a été de 202 jours. La plus récente hibernation aura duré uniquement 99 jours.


Un ordinateur de croisière fait un bilan systématique de l'état fonctionnel de New Horizons et transmet un message chaque semaine en direction de la Terre, qui prend plus de 4 heures pour arriver à bon port. Les moments exceptionnels durant lesquels la sonde est restée « en éveil » depuis son lancement ont été employés pour le réglage des divers instruments à bord et pour effectuer quelques recherches. 

Pluton à 260 millions de kilomètres

New Horizons commencera ses activités de reconnaissance le 15 janvier pour observer Pluton à une distance de 260 millions Km. Elle naviguera au plus près de la planète naine aux alentours du 14 juillet 2015. En dépit de la faible luminosité sur la surface de Pluton et de Charon, sa lune, New Horizons serait en mesure de recueillir des informations sur la géologie des 'astres dépendants' pour l'établissement d'une topographie. 

La sonde transporte à son bord 7 instruments: des spectromètres par images infrarouge et ultraviolet, 2 caméras parmi l'une télescopique de haute résolution, 2 spectromètre puissants de particules plus 1 détecteur de poussière atmosphérique. La sonde dépend pour ses réserves énergétiques d'un générateur unique thermoélectrique qui fonctionne avec moins de courant que 2 ampoules de 100 watts.