Le grand public a fait la découverte des drones civils en 2014. Cependant derrière le buzz médiatique, ce secteur en émergence devrait s'imposer dans notre vie de tous les jours, avec des pays à l'avant-garde tel que les Etats-Unis et la France. « Le secteur des drones pourrait éclater au niveau mondial », évoque le dirigeant de Redbird Emmanuel de Maistre. Sa startup hexagonale exploite des drones destinés à l'industrie.

Jusqu'alors cantonnés à des utilisations militaires, les drones ont pris leur place dans le monde civil avec divers usages qui leur confèrent de nouvelles perspectives de la simple prise d'images à la visite guidée d'un lieu.


Souples, légers et pratiques à mettre en œuvre, ils donnent des performances parfois meilleures que celles obtenues avec les moyens conventionnels (avions légers, hélicoptères, satellite) ainsi « ils peuvent concourir à produire mieux et plus, dans certaines situations moins cher », conclu l'AAE (Académie de l'air et de l'espace).

Au carrefour du chemin de l'aéronautique et de celui de la high tech, leur utilisation est l'objet de réglementations par les autorités de sûreté aérienne, cependant ils relèvent plutôt des technologies innovantes que de l'aéronautique. « Vous obtiendrez avec un drone tout ce que vous avez avec votre #Smartphone », précise Emmanuel de Maistre.


C'est avec la couverture d'évènements d'actualité que le grand public a connu leur usage, perçus sous des nouveaux angles au moyen des images aériennes exceptionnelles qu'ils procurent. C'est spécialement grâce à leur usage que les grands médias internationaux ont couvert les incidents de Kiev sur la place Maidan ou encore le Tour de France. Au Canada des cours spécialisés sont dispensés dans les facultés de journalisme pour le tournage de reportages avec des drones.

De l'autre côté des acteurs tel que Parrot ont favorisé l'apparition des drones caméras pilotés en vol grâce à un smartphone. Un segment qui déclenche la convoitise de GoPro le fabricant US de caméras de sports pour l'extrême.

En revanche le marché demeure balbutiant avec ~500 millions € en Europe, ce qui est loin des chiffres espérés par l'AUVSI (association américaine des fabricants de drones). Celle-ci révèle une possibilité de 100 000 création d'emplois avec 82 milliards $ de revenus aux Etats-Unis en 10 ans.