Tandis que la filiale hollywoodienne Sony se remet à peine du hackage en masse de son réseau Playstation, celle-ci se retrouve une fois de plus victime de pirates informatiques. Sony Pictures Entertainment a été la cible d’un maître chanteur virtuel qui se dissimulerait sous l’identité de la Corée du Nord.
Stupéfaction ! Le pays dont les citoyens ne bénéficient pas d’un accès à #Internet, disposerait de son groupe de hackers nord-coréen ? Cela inspire un principe fondamental de l’Etat souverain : la défense des intérêts de la nation et de son dirigeant.


11 Téra octets de données hackées



La semaine dernière, mardi 26 novembre, un ancien employé de Sony Pictures Entertainment communique le verdict implacable : « Sony a été hacké ». Les ordinateurs du producteur et distributeur de #Films arborent l’image squelettique d’un personnage lugubre lançant un avertissement.
« Nous vous tenions pour avertis, nous possédons l’intégralité de vos données Internet qui incluent tous vous secrets. Si vous n’obtempérez pas nous distribuerons ces informations dans le monde entier ». L’office technique de SONY procède alors au débranchement des serveurs. Subitement au chômage technique, le personnel est convié à rentrer chez lui. E-mails, système téléphonique, ordinateurs, tout est neutralisé durant la fin de la semaine de Thanksgiving, annonce le portail Internet The Wrap.
Sony s’en tiendra à une révélation laconique : « Sony Pictures Entertainment fait l’objet d’une perturbation de son système et nous oeuvrons pour sa résolution ». Néanmoins, un employé fait la description d’une situation bien plus grave à The Wrap : « L’intégralité des PC dans l’établissement sont ingérables et tous les fichier répertoriés ont été soit dérobés, soit bloqués, soit détruits ».


Les pirates informatiques qui se dénomment par les « Guardians of Peace » (gardiens de la paix) ou GOP, auraient en sorte extorqué des milliers d’informations confidentielles.
Rue89 précise que le Dossier SPEData.zip mentionné par les hackers renferme exactement 37 937 159 données dont un exemplaire du passeport de la star Angelina Jolie, l’accord de nudité de la star Sharon Stone dans le film « Mort ou vif » tourné en 1995 ou également des mentions à l’Adopi Hexagonale.
D’après les estimations transmises par le portail Torrent Freak, le hackage a permis aux pirates de détenir 11 Téra octets de données privées.
#Piratage