La Grand messe annuelle du salon de l'environnement et de l'énergie a fait émerger les innovations de la technologie verte du 2 au 5 décembre dans sa 26ème édition qui s'est tenue dans Rhône, à Chassieu dans la gigantesque salle d'exposition Eurexpo, une étendue de 100 000 m2 où les termes : recyclage, durabilité, accroissement énergétique ou productivité ont su animer les passions.


Au nombre des innovations émergentes du salon, les deux drones aquatiques de fabrication savoyarde à connectique énergétique de la start-up CT2MC.
« Nos engins ont la possibilité d'être pilotés à 2 Km de distance à l'aide d'une tablette numérique autant qu'ils peuvent être entièrement autonomes en exécutant un parcours programmé avant de retourner à leur emplacement initial », décrit Jordi Romea un cadre de l'entreprise à l'AFP.
En apparence furtives et compactes, les machines Duck et Swan se confondent à des aéroglisseurs de petite dimension que l'on range facilement dans le coffre d'un véhicule. Elles ont pour objectif la cartographie des étendues d'eau tels que les rivières, les lacs et les bassins afin de procéder à des prélèvements sur le taux d'oxygénation, le pH, la salinité, la récupération de végétaux, etc, en vue d'analyses environnementales. Les machines sont équipées pour l'occasion d'une caméra, d'une coque stérilisée et de capteurs « dans le but d'écarter toute contamination possible du milieu où elles interviennent et des échantillons de leurs prélèvements ». De cette manière les captations peuvent être renouvelées dans une journée sur des sites différents.
Fondée en 2012 et experte dans l'ingénierie des matières composites, CT2MC atteste de sa prévalence sur ce marché en émergence et envisage la commercialisation de ses machines d'ici la fin de l'année 2014 pour un montant unitaire allant de 2500 € à 12 000 € en fonction des modèles.


Oreille furtive et Photolyse

Plus loin, à quelques stands, l'entreprise Ax'Eau attire l'attention avec son système portatif d'observation auditive conçu pour le traquage des fuites d'eau potable aux abords des collectivités.
« Dans l'Hexagone nous sommes en moyenne à 30 % de perte d'eau dans les réseaux de distribution. C'est considérable », décrit le PDG de la société Cyril Muntzer qui commercialise son service d'investigation dès le début de l'année.
A sa proximité, la présence d'un mannequin appareillé d'écouteurs auditifs, soutient une canne à l'apparence effilée. « Cette pointe est en réalité un émetteur très sensible destiné à être inséré dans la terre en permettant l'amplification de plus de 4 000 fois des vibrations des amas d'eau. Si la fuite est minime le son sera aigu inversement avec un écoulement important le son passera au grave », détaille le dirigeant de la société. Une fois décelées les fuites sont cartographiées dans la base de données d'un ordinateur portable.
A Pollutec, les inventions s'épanouissent pour protéger l'environnement.
#Energie électrique #Investissement