L'installation appropriée de fenêtres et de baies vitrées caractérise la modernité des constructions axées sur l'exploitation potentielle des ressources naturelles d'éclairage. Cependant, elles représentent dans la globalité des cas de vrais gouffres énergétiques sur le plan thermique. Concentrant la chaleur des pièces pendant l'été, elles produisent inversement des pertes considérables durant l'hiver. Ces imperfections thermiques entraînent en général une augmentation élevée de la consommation énergétique domestique.
Il en résulte un besoin abondant en chauffage et climatisation. Des changements qui peuvent actuellement être limités de façon conséquente grâce à l'emploi de fenêtres dites « intelligentes » prenant la forme de vitrages, en permettant de réguler la lumière et la chaleur dans l'objectif d'une maîtrise des coûts énergétiques des bâtiments.


Editées dans un magazine de recherche (Industrial and Engineering/Chemistry Research), les études de scientifiques originaires de Shanghai Kainin Chen, Xuong Guo, Yanfeng Gao, prétendent de cette façon optimiser le rendement des vitrages de demain. Leur système innovant de fenêtre intelligente à même de stopper ou non la pénétration de la chaleur à l'intérieur d'une pièce, utilise un hydrogel avancé. Un polymère : substance en générale organique voire semi-organique singularisé par la répétition unique ou diverse de variétés de motifs monomères (molécules de synthèse d'un polymère); qui offre plus de résistance que les précédents en maximisant sa durée d'utilisation.

Un hydrogel qui réagit selon les climats

Un procédé comme celui-ci a déjà été exploité. L'ingéniosité des scientifiques chinois résulte de prime abord dans l'efficacité éprouvée d'un hydrogel nouveau. Celui-ci est plus performant, constitué d'eau ajouté à un polymère capable d'interagir selon le changement climatique. Il est disposé par la composition microscopique de gouttelettes aux interstices des plaques vitrées, la réaction de l'hydrogel se fait par la température extérieure en régulant de cette manière la réflexion de la fenêtre.
Durant l'hiver, le vitrage laissera filtrer plus de lumière pour plus de disponibilité, à l'inverse dans la supposition d'un ensoleillement plus important, la fenêtre « s'opaquera » en stoppant de cette manière la lumière accompagnée de la chaleur en excédent, ce qui évite de recourir systématiquement à la climatisation.
#Energie électrique #Ecologie