#Google, le géant américain de l'Internet projette de distribuer des services en rapport avec la téléphonie mobile, faisant des accords avec des opérateurs tel que T.Mobile ou Sprint. En référence à un communiqué du Wall Street Journal de ce mercredi 21 janvier. La société californienne n'est pour l'heure présente seulement en amont pour les appareils mobiles, grâce à son système Android dans l'exploitation des données.

Globalement, 80 % des smartphones fonctionnent sous son dispositif, sans oublier sa part de marché considérable dans les tablettes numériques.

D'après le Wall Street Journal, le géant de l'Internet a signé des contrats séparés qui incluent Sprint, dépendant du nippon Softbank et T.Mobile une filiale de Deutsch Telekom, afin d'employer leurs réseaux pour la distribution de ses services. Le journal, qui mentionne les sources connaissant le dossier, fait une précision sur le fait que Google serait amené à limiter en premier lieu ses services à certaines grandes villes aux Etats-Unis.


The Information, une publication spécialisée, rapportait en première diffusion, au cours de l'après midi, que Google serait en mesure de proposer ses forfaits personnels. Au cas où cette nouvelle serait confirmée, Google ferait ses premières preuves sur un marché dominé aux Etats-Unis par quatre acteurs principaux: AT&T, Verizon, Sprint et T.Mobile. Confronté à une diminution de ses marges, le marché de la téléphonie mobile a, depuis peu, connu de nombreuses embûches et précisément la suppression de 2.000 emplois du côté de Sprint, équivalent à +5 % de son résultat.

En référence au WSJ, une clause de l'accord conclu entre Google et Sprint réserve une renégociation du contrat dans le cas où le premier amasserait trop d'utilisateurs.

A la suite de la diffusion de l'article par The Information, T. Mobile, suivi de Sprint, ont tous deux bénéficié à Wall Street de 1,83 % et 5,83 % à 30,08 dollars et 4,39 dollars. Le géant Google prenait 2,09 % pour 520,39 dollars.

Un signe probatoire qui rapproche Google du domaine des télécommunications, poursuivant son besoin d'expansion en continuité de son acquisition éventuelle de Softcard, le logiciel de règlement en ligne, détenu communément par AT&T, T.Mobile et Verizon. #Smartphone #Investissement