Elles feront le bonheur des fans de technologie. « Dans l'Hexagone l'empressement du public pour les imprimantes 3D est incontournable. La reproduction du sabre laser sur plan du prochain Star Wars est consulté par des milliers d'internautes en ligne », décrit Luyt Bertier créateur du FabShop à l'AFP. Cette startup importe la marque Maker Bot originaire des Etats-Unis. En matière d'impression 3D destinée au grand public, c'est l'une des premières sur ce marché prometteur. 

L'impression couche après couche réalisable sur l'imprimante tridimensionnelle emploie des matériaux tels que le plastique, les métaux précieux ou non, la céramique, l'alimentaire ou le nylon.
« A l'occasion de Noël ça reste un 'Happy few' à offrir », relativise Luyt Bertier. « Nos imprimantes coûtent plus de mille euros et nous avons pour l'instant très peu de clients particuliers ». Pour la grande distribution comme Auchan ou Boulanger qui proposaient des modèles, les prix commencent à neuf cents euros pour atteindre quatre mille euros.


Markershop s'inscrit comme le premier vendeur d'imprimantes 3D en ligne et l'un des seuls à accorder aux bidouilleurs 'un coup de cœur' pour cette technologie en affichant des tarifs à moins de mille euros. « Cette clientèle représente 20 % de nos transactions », décrit le cofondateur du site, Vincent Albert. 

Du côté de Pearl, qui expose deux modèles de 699,00 et 999,00 euros, on affirme « qu'il y a un 'boom' de la demande depuis 1 an, malgré que ce ne soit pas nécessairement Noël qui rehausse les ventes », précise le responsable marketing de l'enseigne Mathieu Gayraud.

La mode des imprimantes 3D se confirme par la mise en place de formations. Mediabox dispense aux employés et demandeurs d'emploi une aide consacrée à « propulser leur avenir professionnel » par la spécialisation dans cette technique. 

Un marché prometteur

Le cabinet Gatner aux Etats-Unis, prévoit à l'échelle globale une croissance des ventes qui seraient doublées cette année à ~108 000 pour 217 350 l'année prochaine, avec un plafond à +2,3 millions en 2018. 

Best Buy s'inscrit sur un marché américain qui concentre les fabricants les plus réputés et met à disposition des modèles variant de 500 à 6 500 dollars (hors taxe). « Cette technologie a de l'avenir », précise une représente du groupe à l'AFP. Ce dernier propose au public d'essayer des imprimantes dans cinquante de ses magasins.