#Internet est une source incontestable de demandes et d’offres d’emploi. Pendant une quinzaine d’année, le Web a engendré une multitude de sites consacrés à l’emploi. En référence à Letudiant.fr, l’Hexagone s’affiche au nombre des régions européennes, dont l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui dispensent des plus nombreux sites d’embauche en ligne. Ce sont entre quatre cents et cinq cents sites actifs qui autorisent aux candidats éventuels de diffuser leurs curriculum vitae sur des sites comme doyoubuzz.com, leur accordant également l’occasion de réseauter sur des sites tel que Viadeo ou LinkedIn.


Sur le plan global, les sites généralistes de recrutement ont montré une évolution fulgurante. Parmi les champions de l’interrelation de réseau d’embauche, se nomme ‘Monster’ qui recense plus de deux cent millions d’individus inscrits. Celui-ci mixe plusieurs centaines de milliers d’offres pour l’emploi. Implanté dans plus de quarante pays, il a fait son apparition dans l’Hexagone dans les années 1990, alimentant un marché accompagné d’autres acteurs emblématiques tel que l’Apec (dédiée à l’emploi des cadres), Keljob ou Cadremploi. Ces quatre plateformes rassemblaient environ quatre millions de visites uniques mensuelles pour l’Hexagone, d’après un indicateur de Médiamétrie. En deça des 5,5 millions de Pôle emploi. Un classement significatif en considérant que l’opérateur public observe un trafic important qui résulte des mises à jours des demandeurs d’emploi sur leurs démarches mensuelles.


D’autres ont su trouver une opportunité de diffusion à travers ce marché. Avec des transactions estimées de cent cinquante millions à deux cent millions d’euros dans l’Hexagone, les sites de petites annonces généralistes ont également ajouté à leur service le recrutement sur le Web. À l’exemple de ‘Leboncoin.fr’ qui propose une section emploi. Devenu le second site d’embauche depuis quelques années, après Pôle emploi, avec environ deux millions de visites uniques mensuelles. Sa section emploi recense environ cent milles annonces comparativement aux deux cent quarante milles de l’opérateur public.
Cependant, le dirigeant de Pôle emploi, Jean Bassères, décrit pour La Tribune que cent vingt-quatre milles d’entre elles résultent d’acteurs du privé. Des partenariats sont ainsi élaborés dès septembre 2013 avec l’opérateur. À l'instar de ‘Vivastreet’ créé en 2005.
Julien André, qui oriente la section, rappelle : « celui-ci a constamment présenté des offres liées à l’emploi, cependant on a fait le choix d’accélérer il y a 3 ans, constatant un potentiel important sur le marché des non-cadres ».