Une pile impérissable se rechargeant grâce à une simple agitation. Voici un concept exposé par Pilo qui se fonde sur une technologie qui génère de l'énergie au moyen de nos mouvements. "On s'est penchés sur des dispositifs permettant d'alimenter les objets de tous les jours et on a convenu d'employer l'énergie environnementale, comme on peut l'employer dans l'utilisation des lampes de poche avec manivelle", précise le concepteur Nicolas Toper.

Le mystère s'opère par l'emplacement d'un aimant dans la pile, enveloppé de bobines. Lorsque l'on secoue le support, l'aimant se déplace en créant de l'électricité d'intensité réduite. La recharge est destinée à ravitailler les appareils de tous les jours qui disposent d'une consommation énergétique réduite tels que les télécommandes, divers jouets d'enfants ou des thermomètres.

Accessible sur précommande par le site Web à 10 dollars, cette pile n'est qu'un prototype qui fait une période de test. "Rationnellement, le modèle est fonctionnel. On pourrait le distribuer, mais nous souhaitons vraiment qu'il soit performant. Nous n'avons pas toute la maîtrise de notre assemblage du fait de son abord technologique nouveau. On avance prudemment, sans risque. On s'investit dans un secteur innovant et il est inconcevable de commercialiser un produit ne remplissant pas les attentes de nos clients", concède Nicolas Toper. Par exemple, Pilo ne débitera pas les règlements des précommandes avant l'expédition de la pile.


Grâce à son nouveau procédé de transmission énergétique, la startup prétend se battre contre "la désuétude programmée" dont dépend la pollution engendrée par les conteneurs usagés. "D'ici 5 à 10 ans, je suis persuadé que les batteries seront obsolètes au profit de systèmes utilisant l'énergie fatale. Lorsque nous marchons, nous dépensons de l'énergie qui serait récupérable pour l'alimentation, entre autres, d'un podomètre. Nous sommes de plus dans un temps où l'on remarque la mutualisation des 'wearable computing', moins consommateurs qu'auparavant, constate le fondateur.

Néanmoins, cette technologie a besoin encore de perfectionnement. "On observe quelques difficultés, en essayant par exemple nos recharges dans des souris de PC. On a relevé qu'elles n'étaient pas fonctionnelles avec tous les types. Cela, on ne peut pas le prévoir. Pour l'heure c'est un peu moins performant que ce que l'on pensait, mais on ne souhaite pas livrer un produit défaillant", précise le jeune concepteur. #Smartphone #Energie électrique

"On travaille également sur un mobile à manivelle, à l'intention des pays émergents et de la généralité des régions globales qui sont dépourvues d'énergie électrique".