« Vos données stockées à 100 % en Suisse ». De nombreuses entreprises mettent en évidence pour leur site web ce label. De fait, la Confédération helvétique fait de la préservation des informations privées une source nouvelle de prospérité. « Les données deviennent le nouvel eldorado en Suisse. C'est un réel boom », s'enthousiasme le dirigeant de Green.ch, Franz Grüter; l'une des premières sociétés helvétiques experte dans le stockage des données privées, avec une croissance de trente pourcents par an.  #Internet #Piratage #Investissement

Les scandales liés à l'espionnage collectif mis à jour par les révélations d'Edward Snowden, ex-conseiller à la NSA, ont permis une conscientisation accrue. Précisément dans le domaine des entreprises, pour l'impératif de procéder à la protection des informations privées. En ces termes la Suisse est bien décidée à en faire son cheval de bataille.


« Les clients nécessitent de la confiance, de la confidentialité, de l'authenticité avec de la stabilité. Ce sont les distinctifs de ce pays depuis longtemps », précise Mr Grüter à l'AFP, estimant que c'est un milliard de franc Suisse qui a été investi pour des centres de collectes informatiques en Suisse.


Grâce à soixante et un centres de collecte, la confédération prend la cinquième place sur le plan européen.


« Un Etat qui dispense un haut niveau de protection pour ses entreprises leur accorde aussi des intérêts économiques appréciables », énonce l'adjoint Préposé fédéral sur la Protection des informations et pour la transparence, Jean-Philippe Walter. D'après lui « le pays a tous les avantages à se placer au-delà de l'échelon européen en matière de réglementation, et ceci pour des considérations économiques ». Cependant, déceler des ouvertures économiques demande impérativement un retour de confiance au sein des Etats. « Il est impératif de réhabiliter cette confiance propre au droit fondamental de la vie privée, pour les sociétés démocratiques dans lesquelles nous vivons. Cela devient en conséquence, indispensable de connaître l'emploi de nos données », avertit Mr Walter.


L'environnement juridique devient de ce fait très avantageux pour la Suisse: la loi concernant la préservation des données, faisant partie des plus restrictives dans le monde, interdit à toute administration d'accéder à des informations privées sans l'approbation d'un juge. En conséquence, certaines sociétés étrangères ne se privent pas de se localiser par la Suisse.