L'agence spatiale du Royaume-Uni a révélé ce vendredi 16 janvier le mystère sur l'égarement de la sonde Beagle 2. Elle annonçait au moyen de photos que l'atterrisseur à bord de la sonde 'Mars Express' de l'ESA (Agence Spatiale Européenne), avait bien atterri sur la surface de Mars à Noël 2003.
« Beagle 2 que l'on croyait égaré depuis 2003 a été repéré en partie déployé à la surface de la planète Mars », a décrit dans une publication UK Space Agency. Celle-ci était manifestement ravie par cette nouvelle inattendue tenant à l'exploration "Mars Express", première mission à destination d'un autre monde du système solaire, initié par l'ESA.


L'atterrisseur Beagle 2 était irrémédiablement perdu en date du 6 janvier 2004. L'attestation de son succès partiel a été restituée au moyen d'images de haute résolution enregistrées grâce à la sonde "Mars Reconnaissance Orbiter" (USA), qui tourne en orbite dans l'atmosphère martienne depuis 2006. Elles confirment que le module de petite taille pesant environ soixante-dix kilos n'a pas subi de dislocation lors de l'impact, ce dont redoutaient les chercheurs.


Des dysfonctionnements dans la dernière phase d'atterrissage

Depuis, l'engin d'architecture britannique stationne dans un état apparemment inaltéré à cinq kilomètres du bassin martien "Isidis Planitia", l'endroit réservé à son atterrissage. Tous signaux avaient été interrompus à l'instant de l'approche ultime, après 6 mois d'expédition sur plus de quatre cent millions de kilomètres.
« Les diverses phases délicates de reconnaissance, de descente ainsi que d'atterrissage paraissent avoir parfaitement réussi. Malheureusement c'est au cours de la dernière phase que Beagle 2 s'est trouvé confronté à des complications », a révélé le patron d'UK Space Agency, David Parker.
À la suite du déploiement de ses parachutes suivis de airbags, les pétales du module auraient dû sortir dans leur ensemble, équipées de capteurs à énergie solaire et ainsi débuter des émissions grâce à une antenne. « Ce qui était considéré comme une défaite il y a 11 ans se déclare maintenant comme un échec partiel. Le principal est qu'elle a su atterrir sur le sol de la planète rouge », a affirmé Jean-Jacques Dordain Directeur général de l'ESA, au cours d'un point média à Paris.
#Fiction