À dix ans, Cloe Barrios a économisé douze mois pour s'acheter un iPod. La jeunesse argentine a de plus en plus de mal à acquérir les joujoux de haute technologie, devenus inaccessibles. Il s'agit d'un signe du dépassement d'un pays autrefois à l'avant-garde sur le continent sud-américain.

L'Argentine, 3ème économie en Amérique latine, devenait dans les années 90 la région la plus "connectée". Cependant, les restrictions sur les importations, le niveau exorbitant des droits de douane, les sous-évaluations du peso national, accompagnés de l'inflation, ont fait culminer les tarifs des marchandises électroniques.  

Un marché difficilement abordable pour la majeure partie de la population

Cloe s'affiche parmi les privilégiées possédant un produit garanti Apple: "Nous sommes uniquement quatre élèves à posséder un iPod dans la classe", énonce t-elle à l'AFP.

Publicité
Publicité

Pour sa classe composée de 28 élèves, "6 disposent d'un portable. Seulement une parmi nous possède un iPhone, mais uniquement parce que sa maman le lui a confié", ajoute t-elle, élève du collège public prestigieux Mariano Acosta. Cet établissement a compté au sein de ses anciens étudiants le narrateur Julio Cortazar.  

L'iPod qu'elle s'est acheté, c'est avec le concours de sa mère et de sa tante qui vit dans l'Hexagone. C'est un appareil qui provient du Chili. En Amérique latine, ce pays est celui où la technologie demeure le plus accessible.  

En Argentine, la généralisation de la 3G est loin d'être faite, la 4G est inexistante et l'acquisition d'un objet high-tech demande un sacrifice plus important qu'ailleurs.  

Un PC portable équivaut en moyenne à deux salaires mensuels.

Publicité

Cependant il ne vaut pas un salaire, pour le Chili voisin. Respectivement 2,2 et 0,96 salaire en référence à Marco Marketing Consultant.   #Internet #iPhone

Une marque sociale 

À 11 ans, Candelaria Zapata, enfant du quartier de Palermo, qui appartient à la classe moyenne dite aisée, ne quitte pas son #Smartphone: "c'est mon meilleur ami, avec lui je peux faire des selfies, visionner des clip et accéder au web", explique la fillette qui va à l'école privée.