La police colombienne est parvenue à être la plus suivie mondialement, au moyen de son humour sur les réseaux sociaux. "Si tu souhaites faire du pognon, laisse choir l'extorsion", "tu as le droit de conduire si tu es ivre, mais uniquement d'amour".

Dernière manifestation en date, la décision de détruire un laboratoire clandestin producteur de drogues, dans une agglomération à six cents kilomètres de Bogota. Le compte rendu à l'adresse @policiacolombia de son compte Twitter ne manquait pas de légèreté: "Ils s'apprêtaient à fabriquer une mauvaise salade sur Puerto Santander, dommage elle n'a pas été servie".

Responsable des médias à travers le numérique dans la police nationale, Dorian Vanegas, lieutenant de police, stipule que ces opérations retentissantes sur le web vont permettre l'amélioration de la sécurité dans les localités d'un pays toujours marqué par une délinquance avec un taux élevé.

"Nous recourons à une communication permettant l'établissement d'une passerelle avec la population au moyen du média numérique", précise t-il à l'AFP par un entretien. Depuis décembre, une équipe technique appartenant à la police colombienne s'évertue à détailler les annonces postées sur #Facebook, Youtube, Instagram et principalement sur le compte Twitter dont elle extrait un maximum d'informations. Celui-ci recense plus de 640.000 abonnés.

Dans un temps limité, l'institution s'est formé un succès énorme par le site de microblogging, par lequel elle s'est affirmée telle que le corps de police le plus suivi du monde, sur les traces de l'Espagne avec plus de 1.300.000 abonnés ou celui du FBI pour un million d'habitués, se réjouit Mr Vanegas.

"D'une évaluation de quinze 'retweets' au commencement, ses messages en comportent désormais jusqu'à trois cents", précise t-il. Mettre en avant les efforts de la police devient un des buts de cette stratégie qui investit également sur le mode préventif, grâce à des tweets sous forme de parodies ou des commentaires sarcastiques. #Justice #Loi

Des cours anti-vol

Les trafics de distribution de cocaïne qui font de la Colombie l'un des producteurs principaux, constituent l'un des sujets de prédilection: "Parfois j'aimerais faire mes pas dans le micro trafic et soudain je me souviens que @policiacolombia est sur mon compte et j'ai envie de tout abandonner" ou bien "la mode était à serrer de la drogue sous les sandales. Mais nous leur avons gâché cette idée".