La croissance du réseau #Facebook continue, autant en nombre d'usagers autant en termes de recettes publicitaires, en devenant de plus en plus coûteuse. « Si nous souhaitions uniquement gagner de l'argent, nous ferions en sorte de mettre le maximum d'énergie pour l'amélioration de la publicité destinée aux internautes des Etats-Unis et pour d'autres marchés avancés. Cependant ce n'est pas l'unique objectif que nous recherchons », a affirmé le PDG de Facebook, Marck Zuckerberg, pendant la téléconférence trimestrielle traditionnelle, pour l'annonce des résultats destinés aux analystes.


Il était questionné sur l'objectif des initiatives diverses de Facebook pour l'amélioration de l'accès internet dans les zones défavorisées d'Afrique et d'Asie, qu'il défendait par l'importance de sa « mission à connecter le monde ». Ceci créera probablement sur le long terme « une opportunité favorable de réaliser des affaires », notait-il. « Lorsque ces pays auront plus de connexion, que la croissance de leurs économies évoluera avec le temps, on obtiendra des compensations », a-t-il assuré.


« A long terme », c'est l'argument mis en avant par Facebook pour justifier ses dépenses importantes de l'an passé. Le réseau a réalisé des acquisitions à travers sa messagerie pour mobile « WhatsApp », d'un montant de vingt-deux milliards de dollars, en ajoutant Oculus, l'expert en réalité virtuelle pour deux milliards de dollars. Il a embauché en atteignant des effectifs en augmentation de 45 % sur un an, avec neuf milles deux cents salariés. Il a amélioré ses services publicitaires sur le Web. Ce point final est déjà payant, étant donné que Facebook s'est gratifié de 8 % des dépenses publicitaires mondiales sur le web, dont 18 % du marché de la publicité dédiée aux appareils mobiles. En référence à eMarketer, une société de recherche marketing.  #Investissement

Seul Google, le géant de l'Internet, fait mieux avec une répartition de 31 % et 40 %. Facebook précise avoir franchi pour la première fois le niveau des trois milliards de dollars sur les recettes trimestrielles publicitaires et celui des deux milliards grâce à ses recettes Mobile.