#Google a évoqué un dollar fort pour expliquer ses résultats légèrement décevants, en tentant de conforter le diagnostic de son activité principale : la publicité sur le Web et l'augmentation constante de ses dépenses. Le géant de l'#Internet a rehaussé de 12 % son bénéfice net pour quatorze milliards de dollars l'an passé. Son profit trimestriel par action référencé par Wall Street demeure inférieur aux espérances des analystes, soit 6,8 dollars comparativement aux 7,1 dollars attendus.


De plus sa croissance s'est ralentie plus que les prévisions le laissaient croire : le chiffre d'affaires progressait de 19 % au cours de l'année pour soixante-six milliards de dollars. Avec un taux de 15 % pour le dernier trimestre pour dix-huit milliards de dollars. Durant le 3ème trimestre l'augmentation était toujours de 20 %. Patrick Pichette, Directeur financier, pointait du doigt « la consolidation d'un dollar US » envers la plupart des devises principales, pendant une téléconférence rassemblant des analystes. 

Le retour négatif a été limité, de son avis, par les programmes d'assurance du géant du Net, mais se chiffrait tout de même à une moins value de quatre cent soixante-huit millions de dollars au cours du 4ème trimestre. « Ceci ne s'arrêtera pas là », a-t-il informé.

Une part de marché en baisse

« Malgré un vent contraire par rapport aux devises, nous affichons des performances solides sur notre activité principale : la publicité », s'est exprimé Mr Pichette. Néanmoins deux indicateurs très observés pour l'évaluation du diagnostic de cette activité inclinent pourtant à un optimisme modéré. La quantité de clics pour les annonces publicitaires communiquées par Google, déclanchant la rémunération du groupe au dépend des annonceurs, a augmenté au 4ème trimestre de 14 % comparativement aux 17 % du 3ème trimestre. De plus ils s'avèrent moins rentables pour un tarif moyen par clic diminuant de 3 % successivement aux 2 % du 3ème trimestre. 

La société eMarketer, dans la recherche marketing, évalue en autre que la part de Google sur le marché de la publicité sur le Web, précisément mobile, a diminué l'an passé, alors que Facebook son rival direct gagnait du terrain. #Finance