Des chercheurs australiens ont créé deux moteurs à réaction en utilisant l'impression 3D. Une première mondiale qui a suscité l'intérêt des sociétés d'ingénierie et des principaux fabricants de moteurs d'avion.
Les engins, produits en utilisant le modèle d'un moteur à turbine à gaz, ont démontré le potentiel de l'impression 3D pour la création de produits de haute qualité.


« Le principal est la reconnaissance par les sociétés d'ingénierie et les principaux fabricants, comme Safran et Airbus, que le matériel que nous pouvons imprimer, en utilisant l'impression de métal en 3D, est de la qualité de celui des avions. Je crois que c'est extrêmement important », a déclaré Ian Smith de l'université Monash de Melbourne. « C'est une technologie vraiment révolutionnaire. Nous avons vu beaucoup de choses se réaliser dans les plastiques et le milieu des polymères, mais ce qui est excitant, c'est que maintenant ce sont les métaux et métaux légers : des choses comme le nickel, le titane ou l'aluminium " a-t-il encore ajouté.

 Une technologie en plein boom

L'impression 3D a été inventé dans les années 1980. On employait alors des lasers pour l'impression d'objets en métal ou en matière plastique, selon une conception numérique. La recrudescence actuelle autour de cette technologie de l'impression 3D est liée aux brevets déposés sur cette même technologie.

Une innovation qui ouvre la voie à la concurrence, en faisant augmenter la qualité et baisser les prix.Wu Xinhua, de l'Université Monash, a révélé que son équipe a réussi a créer des machines « en sortant de vieux moteurs », pour la numérisation de leurs composants. Un projet complexe programmé sur une année.Un des moteurs est exposé à Melbourne, à l'Australian International Airshow et le second à Toulouse dans la société aéronautique Hexagonale Microturbo.

« Xinhua et son équipe ont démontré leur maîtrise de la fabrication additive dans le métal », a déclaré le responsable de la recherche et Technologie de Microturbo, Jean-François Rideau.Cette technologie pourrait être utilisée pour construire des prototypes et des composants personnalisés rapidement et à moindre coût.

Une application médicale ? 

Les imprimantes 3D de métaux pourraient également être utilisées dans l'industrie biomédicale, pour créer des pièces de carrosserie ou de l'équipement. « Nous constatons des grandes opportunités dans l'environnement médical, dans lequel vous pouvez faire des pièces sur mesure pour le corps, des articulations de remplacement et des hanches conçues spécifiquement pour des personnes atteintes » 

Un nombre important de chirurgiens veulent faire leurs propres instruments, qui sont personnalisables, avec une procédure chirurgicale particulière.

 Des études de marché initiées par Gartner, prévoient que les dépenses, dans le monde entier sur l'impression 3D passera de 1,6 milliard de dollars en 2015 à près de 13,4 milliards de dollars en 2018. #Automobile #Energie électrique #Australie