Le géant de la vente en ligne a révélé, après 9 ans de résultats dissimulés, la rentabilité de son activité liée au cloud. Un essor stratégique qui témoigne d'investissements considérables. Ce développement à travers AWS (Amazon Web Services), initié en 2006, fait apparaître 265 millions de dollars en matière de profit opérationnel. Ce qui traduit environ 8% de hausse annuelle. L'activité en elle-même affiche 1,5 milliard de dollars de chiffre d'affaires, soit 49% de hausse.

Dorénavant, le cloud alimente 7% du chiffre d'affaires qui grimpe à près de 23 milliards de dollars (ce qui représente 15% d'augmentation annuelle). Une activité qui évolue sur un rythme plus marqué que les autres. En considérant par exemple le commerce sur le Web, avec 24% d'augmentation, en référence à des informations fournies dans un communiqué.  

"Des résultats au-delà des attentes", mentionne la banque Jefferies, indiquant une marge de 17%.

Le cloud voit intervenir des concurrents tel que IBM ou Microsoft, qui inscrivent chacun respectivement 8 milliards et 6 milliards de dollars de revenus. Un marché très prometteur, à l'instar des principaux rivaux, grâce notamment à la diffusion d'offres (services et produits) à l'exemple d'Office 365 et d'autres logiciels. 

Une activité de 5 milliards de revenus

Le titre Amazon a augmenté de 7% pour 415 euros en Bourse, sur les marchés de Wall Street.

Publicité
Publicité

 

Jeff Bezos, le patron d'Amazon, se réjouit de l'accélération rapide de son activité cloud, Amazon Web Services, avec un résultat annuel de 5 milliards de dollars. Selon les experts, son activité devrait atteindre de 6 à 9 milliards de dollars. Des prévisions qui, selon eux, dépendraient des orientations conservatrices du patron du géant de la distribution sur le web. Néanmoins, selon des analystes, la transparence pourrait indiquer une prochaine introduction en Bourse d'AWS. 

Amazon, en référence au cabinet d'audit Synergy Research, contrôlerait globalement près de 30% des infrastructures de services liés au cloud (Iass) suivi des plateformes (Paas). Une position mondiale qui le place devant IBM (7%), Microsoft (10%) et Google (5 %).   #Internet #Investissement