La guerre des opérateurs télécoms s'intensifie, avec le rachat de Base par Telenet. Historiquement, Belgacom, devenu Proximus, détenait le monopole de la téléphonie belge, anciennement appelé RTT (Régie des Téléphones et Télégrammes). Depuis l'arrivée des technologies des portables, de l'Internet et autres avancées numériques, d'autres sociétés sont venues bousculer le marché, tout bon pour le consommateur, mais voilà le système veut qu'une multiplicité d'opérateurs ne peut tenir le coup. C'est ainsi qu'une certaine stratégie de tentative de rachat des uns et des autres s'est opérée, et qu'au delà des promesses, certains noms doivent tantôt sourire, tantôt déchanter. Le cas se présente pour le moment en #Belgique, avec ce rachat de Base, le troisième opérateur belge, par Telenet, alors que celui-ci s'était engagé avec un autre larron, Mobistar.

Telenet donne et reprend sa parole

Déjà en accord avec l'opérateur néerlandophone, de par la location du trafic sur son réseau, Mobistar se voyait bien décrocher la palme, mais c'était sans compter sur l'empressement de KPN de vendre Base, et avec cela Telenet deviendra second sur les marchés, en ce qui concerne le fixe et le mobile. En effet, depuis quelques temps, ces opérateurs ne peuvent tenir sur tous les fronts, Internet, téléphonie fixe et mobile et télévision. Un rachat d'une valeur de 1.325 milliards d'€, ce qui portera le chiffre d'affaires à 2.4 milliards d'€, pour une clientèle de 4.2 millions d'abonnés, en terme de mobile. Grâce à ceci, Telenet se placera en seconde position, derrière Proximus et bien devant Mobistar, le grand perdant de cette action.

Attention au jeu de la concurrence

Mais ceci va entraîner une consolidation du marché, et on peut craindre pour ce qui est de la concurrence, cheval de bataille des associations de consommateurs (Test-Achats), mais aussi du Ministre des Télécoms, Alexander de Croo (le même qui offre de l'argent pour l'enseignement à l'étranger), qui s'inquiète de ce que la concurrence ne joue plus son rôle premier dans ce système. Chose à laquelle Telenet répond qu'il n'y aura de craintes à avoir, ce que l'homme de la rue devrait très vite se rendre compte. On sait que les tarifs en Belgique dans le domaine des télécoms -surtout mobile- sont les plus élevés d'Europe, malgré une certaine concurrence. Il ne faudra sans doute pas s'attendre à voir les notes des abonnements de téléphones baisser à court terme.

Mobistar abonde dans le sens du ministre

Pour sa part, tout en  se remettant de cet échec, la direction de Mobistar déclare qu'il n'y aura qu'un seul perdant dans cette affaire: le consommateur. De plus, si le groupe a perdu une bataille, la guerre ne semble pas terminée, même si au delà de la perte du contrat, Mobistar devra aussi se séparer des quelques 900.000 clients qui utilisaient son réseau, sous l'ère Telenet isolé. A cela, la réponse s'exprime en terme de mois, voir d'années, puisque ce contrat court jusqu'en 2017, et donc on peut voir venir dans la sphère Mobistar. Toutefois, pour l'instant, l'action de l'opérateur vient de perdre 15%, en une seule journée.

Lire aussi:

Une ministre généreux promet 36 M€ pour l'enseignement dans des pays défavorisés



#Smartphone