Mercredi 8 avril dans la soirée, la chaîne TV5 Monde a été piratée par CyberCaliphate, un groupe de hackers de l'#Etat Islamique qui a vu le jour au début de l'année 2015.



Les signes avant-coureurs de l'attaque

Au cours des derniers mois, TV5 Monde, tout comme de nombreux journaux en ligne et chaînes d'information, a reçu des e-mails menaçants et/ou frauduleux de la part de hackers. Ces faux e-mails leur auraient permis de s'introduire dans le système pour y implanter des virus. On pense aussi qu'ils auraient pu dérober les adresses IP ainsi que toutes les informations nécessaires à l'attaque par le biais des conversations Skype des employés, mais pour l'heure, ce ne sont que des hypothèses.

Publicité
Publicité



Une ampleur jamais vue

Que des pirates informatiques s'emparent des comptes Facebook, Twitter, voire des sites Internet des journaux, c'est déjà arrivé. Mais cette fois, c'est également la transmission des programmes télévisuels qui a été touchée puisque les 11 chaînes du groupe de TV5 Monde ont affiché un écran noir pendant plusieurs heures. L'envergure de cette attaque est d'autant plus considérable que la chaîne est retransmise dans pas moins de 257 pays du monde. Vers une heure du matin, la diffusion de programmes préenregistrés à pu reprendre, mais il faudra du temps avant que le retour au direct ne s'effectue.



Menaces et propagande sur les réseaux sociaux

CyberCaliphat, le groupe responsable de l'attaque qui a revendiqué son appartenance à l'Etat Islamique, a inondé les réseaux sociaux de messages de propagande islamiste.

Publicité

Cependant, ce n'est pas le plus grave. Les hackers ont en effet publié de nombreux documents d'identité des familles des militaires en lutte contre l'Etat Islamique, avec le message de menace suivant : « Soldats de France, tenez-vous à l'écart de l'Etat Islamique. Vous avez la chance de sauver vos familles, profitez-en ! ». Une prise d'otage symbolique qui pourrait faire reculer de nombreux combattants, car si l'EI a pu prendre le contrôle d'une chaîne de télévision, tracer des civils dont ils ont déjà l'identité sera un jeu d'enfant.



« Une atteinte inacceptable à la liberté d'information et d'expression »

Telle a été la réaction de Manuel Valls jeudi matin sur Twitter. En s'attaquant à une chaîne d'information d'une pareille envergure, les hackers ont effectivement touché très profondément ces libertés si chères à notre société, mais ce n'était pas leur cible première. Contrairement à l'attaque de Charlie Hebdo qui n'a été qu'un massacre inutile, cette attaque-là n'a fait aucun mort, aucun blessé, mais elle pourrait faire bien pire : instaurer un climat de terreur dans les rangs de ceux qui combattent activement l'EI, grâce à une arme de dissuasion bien plus puissante que n'importe quelle fusillade, en menaçant directement les proches.

Publicité

Après cette attaque, des mesures devront bien sûr être prises pour renforcer la sécurité du système d'information, mais il semble que, cette fois, la sécurité de ceux qui luttent et de leurs familles soit aussi à prendre en compte si l'on ne veut pas que la peur fasse cesser le combat prématurément.





#Piratage