Des informations privées qui transitent à l'insu des utilisateurs : c'est l'objet du recours déposé le 9 avril 2014 par 25 000 abonnés contre le célèbre réseau social. Le collectif viennois, guidé par un juriste, Max Schrems, a sollicité le tribunal civil pour dénoncer l'emploi illégal des données personnelles de ses membres.

#Facebook, qui compte environ 1,4 milliard d'usagers, fait l'objet du plus important mouvement de revendication. Celui-ci a été initié en août dans plusieurs régions à travers le monde : Australie, Europe, Amérique latine. Au total, 55 000 personnes sont décidées à appuyer ce recours en #Justice.

Pour compenser le préjudice, les 25 000 plaignants initiaux réclament 500 euros chacun. Ils reprochent au réseau social de coopérer dans le programme Prism, au travers duquel la NSA surveille les citoyens américains. Aujourd'hui, le collectif demande à Facebook de cesser sa surveillance de masse, en récoltant des informations sur des individus qui ne possèdent pas d'abonnement au réseau social. Ils exigent également un éclaircissement de sa politique sur la protection de la vie privée.

Facebook rejette les accusations

Cette affaire en recours, qui sera examinée par la Cour de justice européenne, devrait être recevable seulement dans trois semaines. C'est le délai qui a été accordé au réseau social pour présenter les pièces qui alimenteront le dossier, traduites en allemand.

Pour le géant du web, il est incontestable que cette affaire est infondée, comme l'ont déclaré les avocats de l'enseigne. Selon Facebook, il n'y a aucune base légale concernant l'Autriche qui autoriserait une demande collective en justice provenant des Etats-Unis. #Internet

D'après les avocats de Max Schrems, Facebook n'a aucun intérêt à être poursuivi, que ce soit en Irlande où se trouve son siège européen, ou bien en Autriche, lieu où a été déposée la plainte. « Le fait est que les consommateurs ne sont pas tenus de se présenter en Californie pour intenter un procès au géant du web, ils ont les moyens de le faire dans leur propre pays », ont-ils déclaré.