Des données inédites et des images ont été révélées ce vendredi grâce au survol de New Horizons, la sonde expédiée par la NASA pour l’exploration de la #planète Pluton, mardi. Des hautes montagnes ont été découvertes par les scientifiques qui ont aussi constaté la présence de plaines glacées immenses.
La sonde spatiale a pu transmettre des photos l’une après l’autre, de sorte que les membres de l’expédition sont restés ébahis par la réception des nouvelles données. Des informations qui autorisent déjà de répondre à plusieurs interrogations.


Au coeur de ces informations inédites qui ont été révélées vendredi, le centre de recherche a porté son dévolu sur la grande plaine glacée de la région Tombaugh. Une zone géographique ayant la forme d’un cœur.
Jeffrey Moore a énonçé que cette zone n’est pas simple à analyser. Cependant dû à l’absence de formations de cratères, la surface de cet emplacement reste donc relativement récent, soit en deçà des 100 millions d’années. Conclusion : un processus géologique forme peut être régulièrement le zone. Selon lui, la mise au jour de cette plaine étendue et plutôt jeune, exempte de cratères de collisions, sur Pluton, va au-delà de toutes les attentes.


Localisée dans la ceinture de Kuiper; cet amas immense de débris en abord de l’orbite de Neptune, la planète naine est logiquement assaillie régulièrement d’astéroïdes. De sorte que les scientifiques espéraient découvrir des cratères de collisions en grand nombre à sa surface. Mais au regard des images initiales transmises cela ne paraît pas être le cas.
« Plaine Spoutnik », sera le nom de baptême de cette plaine glacée, donné par le groupe de l’expédition New Horizons. Un nom qui fait référence au satellite artificiel propulsé par l’Union soviétique dans l’espace. Le premier de sa catégorie.


Des données uniques révèlent sa géologie

Découverte intéressante, l’atmosphère de #Pluton qui est constituée essentiellement de nitrogène, un corps gazeux, s’échappe de la sphère en raison de sa gravité faible. Une émanation qui évolue à un rythme assez considérable de 500 tonnes, en moyenne, chaque heure. En référence à une chercheuse de la mission, Fran Bagenal. Des estimations qu’elle espère préciser, pour mieux assimiler ce processus, grâce aux prochaines transmissions de données en provenance de la sonde. #Fiction #Etats-Unis #Voyage



Des montagnes relativement hautes de près de 3500 mètres d’altitude avaient déjà été observées par les scientifiques de la #NASA. Des observations envoyées par #News Horizons sur les photos de mercredi. 
La sonde doit peu à peu transmettre l’intégralité des informations collectées au cours de son survol, mardi pour les seize mois prochains. « New Horizons qui reste fonctionnelle selon les prévisions est actuellement à 3,5 millions Km de Pluton, l’ayant approché à 12 400 Km », note Alan Stern.